16/06/2008

Le coût de l'énergie éolienne - Prix de rachat

Hauteur de mat, taille du rotor, forme des pales, rendement des alternateurs, meilleur gestion du vent... sont autant d'améliorations qui réduisent les couts de production de l'énergie électrique issue du vent. Aujourd'hui, l'éolien industriel est l'énergie renouvelable la moins chère. Pour l'éolien domestique qui utilise des éoliennes de petite taille, la production d'électricité est moins importante, et permet un retour sur investissement au bout d'une vingtaine d'années.

cout du MWH électrique
Document de la Société Areva

Voir les conditions de rachat pour l'énergie solaire photovoltaique.

De nombreuses innovations grâce au tarif aidé


Les éoliennes industrielles sont à la limite de la rentabilité si on les compare aux centrales électriques utilisant des combustibles fossiles. La plupart des Etats européens ont choisi accélérer le développement de la filière éolienne en imposant un prix de rachat stable pour l'électricité issue des énergies renouvelables : biomasse (biogaz), solaire, éolien, géothermie... On estime qu'un parc éolien installé sur un site bénéficiant d'une exposition au vent assurant un fonctionnement annuel équivalent à 2500 heures de sa puissance nominale offre une rentabilité net après impôts de 16% pour un prix de vente du MWH à 82 euros. Dans les pays émergent les entreprises qui réalisent des centrales de production d'électricité à partir de ressources durables sont aidés par le mécanisme MDP décidé par le protocole de Kyoto. Ainsi l'électricité produite est vendue localement au prix du marché mondial (environ 65 euros le MWH) et le producteur reçoit un crédit carbone (environ 20 euros - le prix varie avec le cours de la tonne de CO2 sur les bourses d'échange) par MWH produit.

En France, la "subvention" à l'éolien est financée par le consommateur qui la paye sur sa facture d'électricité. Ce mécanisme est appelé la CSPE : contribution au service public de l'énergie. L'Ademe a calculé que le coût actuel moyen pour un ménage s'élève à 60 centimes d'euro par an. Le prix de rachat subventionné oblige les opérateurs historiques comme EDF en France, a racheter pendant 15 ou 20 ans l'électricité produite par des énergies durables comme l'éolien à un tarif prédéfini. Tout producteur (professionnel ou particulier) d'électricité produite par une éolienne peut ainsi la raccorder au réseau électrique et vendre son électricité à EDF au tarif subventionné. La loi à limité cette possibilité aux éoliennes installées dans une ZDE mais depuis Mars 2008 des opérateurs alternatifs comme France Eoliennes rachètent l'électricité des petites éoliennes situées hors ZDE.

Quelques tarifs de rachat subventionné pour l'éolien onshore :

- France : Prix de rachat aidé : 85,6 euros le MWH en 2009 (1 Mégawatt pendant 1 heure) indexé sur l'inflation les 10 premières années. Arrêté du 17 novembre 2008 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie mécanique du vent.

- Allemagne : Le parlement allemand vient d'augmenter le prix de rachat, le portant de 85 euros le MWH (prix 2008 - anciens contrats indexés sur l'inflation) à 90 euros applicable à compter du 1er janvier 2009. Voir la loi sur les énergies renouvelables : "Erneuerbare-Energien-Gesetz EEG".

- Italie : Prix de rachat subventionné : 180 €/MWh (loi de finance 2008 du 15 novembre 2007 N° 1817) Pour les éoliennes de puissance inférieure à 200 kW le tarif de rachat est de 300 €/MWh pendant 15 ans. Ces tarif ont été jugés excessif bien que l'Italie soit un pays très peu venté.

- Québec : Prix de rachat négocié avec Hydro-Québec (entre 5 cts et 10,5 cts de $ canadien du kWh). Fin 2008, Shypower abandonne la construction d'un parc de 114 éoliennes faute de trouver un accord avec Hydro-Québec sur le prix du kW.h. Skypower estime qu'en raison de la hausse du prix de la construction, le parc ne serait plus rentable avec un rachat de sa production à 5,7 cts le KW.h. Le prix demandé par Skypower est situé entre 9 et 10 cents le KW.h, soit le prix du marché.

- Canada : En Ontario et au Nouveau-Brunswick, le prix de rachat pour 2009 est situé à 11 centimes de dollar le kilowath.heure.

- Espagne : Après avoir atteint l'objectif d'une capacité installée de 10 GW l'Espagne a baissé en 2007, le prix de rachat du MWH éolien de 77 euros à 75,68 €/MWh (Année 2008 et 63,25 €/MWh après la 20ième année).
Voir Aeeolica.

- Grande Bretagne : Des tarifs de rachat ont été publié en 2010 pour l'électricité produite à partir des énergies renouvelables. Pour l'éolien, l'électricité est achetée entre 45 et 345 Livres Sterling pour un MW.H. selon la puissance électrique de l'installation. (1 livre sterling = 1,18 euros)

Prix d'achat de l'électricité issue des énergie renouvelables en Grande-Bretagne

- Chine : En juillet 2009, l’agence de planification économique (National Development and Reform Commission,javascript:void(0) NRDC) a défini des tarifs d’achat pour l'électricité d'origine éolienne. Jusqu'à ce jour, les tarifs étaient définis lors d'appels d'offres régionaux. L'objectif est d'arriver à 100 GW éolien installés en 2020. Selon les régions, le prix sera de 0,51 yuan/kW.h (0,05 euro) à 0,61 yuan/kW.h (0,06 euro). L’électricité produite par les centrales charbon est rachetée 0,34 yuan/kW.h.

Eolien offshore : En Europe, sous l'impulsion de l'Allemagne, la CE a adopté un prix de rachat de l'électricité éolienne offshore de 14 ct euro par kWh jusqu'au 31 Décembre 2013 puis de 12 centimes au delà.

La bourse Euronext de l'énergie, Powernext affiche les prix de l'électricité sur le marché européen, les futures, la tonne de CO2, le peak load... Les données pour septembre 2008 indiquent un prix moyen en €/MWh de base à 88,43 et de peak 105,21. Les prix de rachat imposés à EDF sont, donc proches voire inférieurs aux prix du marché.

Le patron de Suzlon, Tulsi Tanti, le 5em producteur d'électricité éolienne au monde qui a racheté en 2007, le fabricant allemand d'éoliennes RePower après un bras de fer avec le groupe Areva, vient de déclarer d'après l'hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche que l'énergie éolienne n'a plus besoin de subventions !! "Les énergies fossiles comme le charbon, le gaz, le pétrole, le fioul deviennent sans cesse plus chères. Aujourd'hui, l'énergie éolienne n'a plus besoin de subventions" a t-il dit au magazine économique.


Le coût d'une centrale éolienne industrielle :

En 2008, le prix d'un parc éolien onshore (terrestre) vendu clé en main est facturé entre 1,4 et 1,6 millions d'euros le MW. L'implantation offshore coûte environ 2,6 millions d'euros par MW. Même si le régime des vents plus important en mer permet d'assurer un fonctionnement annuel équivalent à 3400 heures à plein régime, l'exploitation d'éoliennes en mer est plus couteuse en raison des coûts d'installation, de raccordement et de maintenance.

Le prix des centrales nucléaires est d'environ 3 M€ le MW (plus cher pour l'EPR) , et il faut investir 1,7 M€ par Mw pour construire une centrale charbon ou à gaz.

En moins de 20 ans, la productivité d'une éolienne est passée de 500 kWh par an au mètre carré balayé à plus de 1000 kWh/an/m2. Par comparaison, dans les pays très ensoleillé comme l'Espagne le solaire atteint une production de 2000 kWh/an/m2 mais le coût de production reste beaucoup plus élevé en raison du prix des panneaux solaires. L'éolien présente également l'avantage d'une prise au sol très faible (60 m2 par mât) permettant de poursuivre des activités agricoles sous l'éolienne.

De nouvelles génératrices synchrones à aimants permanents offrent un rendement accru dans les régions peu ventées, les éoliennes peuvent ainsi fonctionner plus des 2/3 du temps à divers régimes.

De nouveaux roulements à bille augmentent la durée de vie et la fiabilité des multiplicateurs qui sont soumis aux efforts mécaniques du rotor en présence de fortes rafales de vent. La durée de vie d'une éolienne on-shore moderne dépassera probablement 20 ans. En mer, les turbulences sont beaucoup plus faibles, et une durée de fonctionnement au delà de 30 ans est envisagée.

eoliennes modernes

La compagnie canadienne, WhalePower, située à Toronto teste actuellement une pale de turbine d’éolienne inspirée de la forme des ailerons des baleines à bosses. Les excroissances appelées tubercules, réduisent le bruit, augmentent la stabilité et la prise au vent des éoliennes. Appliquée à des ventilateurs cette forme de pales accroit leur efficacité de 20%. Une éolienne équipée de telles pales a résisté à un ouragan sans subir aucun dommage. Dans les régions tropicales, on utilise actuellement des éoliennes à mât rabattable. C'est le métier de la société française Vergnet qui fabrique et installe actuellement ce type de machines aux Antilles et à cuba.

Whalepower


Quelles énergies pour le futur ?

En dehors du photovoltaïque qui produit de l'électricité directement avec la lumière, toutes les technologies de production d'électricité utilisent un alternateur. Il y a différentes façon d'entrainer un alternateur : En utilisant directement l'eau ou le vent, la pollution est nulle et le rendement est optimal. Les autres moyens de produire de l'électricité avec un alternateur consiste à faire bouillir de l'eau chauffée avec du charbon, du fioul lourd, de l'uranium, pour que la vapeur entraine une turbine qui entraine l'alternateur. Une grande partie de l'énergie dépensée est, en fait utilisée pour réchauffer les rivières et les océans !

Le progrès est de redevenir, de gré ou de force à une société sobre, efficace et renouvelable, alors que les dernières nouvelles nous prévoient une montée de la mer de 6 m.

Les prix de revient de l'éolien et du nucléaire :

Pendant des années l'Etat a financé la recherche sur les réacteurs nucléaires actuellement en service. L'argent public investi dans l'atome depuis 50 ans n'a jamais figuré en totalité sur les factures EDF. Aux USA, l'Etat fédéral doit offrir des aides publiques aux compagnies privées pour qu'elles se lancent dans la construction de nouveaux réacteurs.

Lire aussi : Pour le privé le nucléaire n'est pas rentable.

Le cout du MW.h éolien produit par les grandes centrales éoliennes d'Espagne est situé entre 40 et 45 euros. Au Danemark, les parcs éoliens offshore fournissent 25% de la consommation du pays. Ils ont réduit le prix public de l'électricité et les émissions de CO2 du Pays de 20%.

Le MW.h nucléaire pourrait devenir hors de prix !!

Selon certaines projections, une pénurie mondiale d'uranium se produira dès 2015, la production d'uranium atteindra son maximum en 2025 avant de diminuer, entraînant la diminution de la production d'électricité nucléaire. Aucune autre technologie nucléaire ne sera disponible avant 2040. Le prix de l'uranium a déjà été multiplié par dix en quatre ans et le coût du combustible nucléaire prend une importance croissante dans le coût de l'électricité nucléaire.

Si le prix de l'uranium atteint 400$ la Lb (1 livre = 0,454 Kg) alors le prix de l'électricité issue des centrales nucléaires sera de 96 euros le MWH ... soit DEUX fois plus cher que l'énergie éolienne !!!



En Juillet 2008, le spot Uranium (oxyde U3O8) a retrouvé son cours de 2006, un cours avoisinant les 60$, suivant ainsi la baisse généralisée des marchés qui craignent les conséquences d'une récession économique mondiale.

Liste des réacteurs nucléaires en service dans le monde : Wikipedia.

Tôt ou tard, les besoins énergétiques des pays émergents propulseront le prix de l'uranium sur des sommets. C'est pourquoi, la France doit diversifier son parc de centrales électriques au risque de subir le choc de la flambée du prix de l'uranium. Seul, un développement important du parc de centrales électriques utilisant les ENR (éolien, solaire, biomasse, hydraulique) pourra limiter les conséquences de la pénurie des combustibles fossiles. Dans un article daté de mars 2008, l'hebdomadaire Usine Nouvelle mettait en garde contre les conséquence d'un "peak coal" sur le prix de l'électricité.

Taux de charge des centrales électriques :


Contrairement à certaines fausses informations avancées pour discréditer l'éolien, si les éoliennes ne fonctionnent pas 100% du temps, c'est aussi le cas des autres centrales électriques utilisant d'autres formes d'énergies : hydraulique, solaire, et nucléaires...
Lire le Pari de l'éolien.

Prenons par exemple la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, qui fonctionne avec deux réacteurs "eau légère" de 880 Mw chacun. Selon le rapport rapport annuel 2007 publié par EDF, la centrale de Fessenheim a produit 9,5 milliards de KWh, soit 9,5 million de MW.h. Pour une année de fonctionnement continu (soit 8760 heures), Fessenheim 1 et 2 aurait produit 1760 Mw x 8760 = 15.417.600 MWH. Le taux de charge de la centrale n'est, donc que de 62%, soit 5400 heures.

Pire encore, durant l'année 2009, l'ensemble du parc nucléaire n'a produit que 62% de sa capacité maximale en raison de multiples pannes. On est bien loin d'un facteur de charge de 90% qu'affiche la technologie nucléaire dans de nombreux rapports officiels ..

Sur l'année 2008 (années très pluvieuse), le parc hydraulique français a produit 68 TW.h pour une capacité de production de 25 GW, soit un taux de charge de 28%.

Quant au solaire photovoltaïque sont rendement annuel en France ne dépasse rarement 20% de la puissance crête installée.


Le 18 juin 2009,


lors d'une conférence donnée au parlement britannique, Gregor Czisch, docteur en physique et spécialiste des énergies renouvelables de renommée internationale a présenté une simulation pour l'alimentation de l'Europe en électricité d'origine renouvelable.

Pour Gregor Czisch, un mix électrique basé sur 70% d'éolien en réseau HVDC associé aux centrales hydroélectriques et à biomasse (biogaz) pourrait fournir en totalité la demande électrique européenne à un coût compris entre 4,6 et 5,9 centimes le kWh.

Sources


Références concernant l'impasse nucléaire :

- La fin de l'uranium

- Cout de l'électricité nucléaire

- L'article Wikipedia sur le démantèlement des centrales nucléaires.

- Dossier de Green Peace ? éole ou pluton ?

- Le démantelement de la centrale de Brénnilis en Bretagne.

19 commentaires:

  1. Anonyme20/6/08

    oui ! et j'espère que d'ici la on aura trouver d'autres sources d'énergies performantes: car je crois que si on a pas le nucléaire, on est dans la panade "à moins de recouvrir tout le territoire d'éoliennes" (mais je ne sais plus ou j'ai vu ça) donc arrêtons de fustiger le nucléaire, ça ne sert à rien puisqu'il va disparaitre !!! trouvons plutôt des solutions viables!

    sinon il y a une discussion très interessante sur ce sujet ici

    http://www.parlonsen.areva.com/posts/49-Le+prix%3F.html

    bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme1/7/08

    L'Ademe a calculé que l'aide aux ENR coutait moins d'un euros par an au contribuable ! Si EDF rachète 84 euros le MWH éolien, elle le vend quand même 120 euros !!

    N'oublions pas les coût cachés du nucléaire qui devrait bientôt faire tâche dans le bilan lorqu'il faudra budgeter sérieusement le démantelement des centrales nucléaires en fin de vie !!

    RépondreSupprimer
  3. Daumier15/7/08

    Une bienvenue comparaison entre éolien et nucléaire pour la production d'électricité donne des résultats surprenants.

    Ainsi, on apprend que la quantité d'électricité qui est produite chaque année par les éoliennes mises en service depuis cinq ans est supérieure à celle des réacteurs nucléaires mis en service pendant la même période.

    Mieux, la différence va encore se creuser, au détriment du nucléaire.

    RépondreSupprimer
  4. Daumier28/7/08

    Une liste de tous les réacteurs nucléaires en activité dans le monde, avec la date prévisible de leur mise hors service : Liste des réacteurs nucléaires dans le monde

    Cela permet de relativiser les annonces sur le nombre de réacteurs et leur puissance en 2030.

    RépondreSupprimer
  5. Il est normal que les industriels qui fabriquent des aérogénérateurs fassent de la publicité pour développer leur industrie mais on constate que cette électricité éolienne est une énergie lourdement subventionnée dans de nombreux pays.
    En France le Conseil d'Etat suite au recours déposé par l’association Vent du bocage, a annulé l'arrêté du 10 juillet 2006 fixant les tarifs de rachat de l'électricité éolienne par EDF, (Dépêche AFP du 8 août 2008) et de nombreuses personnalités alertent le gouvernement sur les conséquences du déploiement de 15.000 éoliennes sur notre pays.
    La fédération Environnement durable fait partie du comité d'orientation stratégique présidé par l'ancien chef d'état Valéry Giscard d'Estaing afin d'évaluer les conséquences du choix de l'énergie éolienne en France et en Europe.

    Elle dénonce la désinformation complète consistant à faire croire que la France est en retard , dans l'unique but de vouloir imposer 25.000 Mégawatts éolien à l'horizon 2020 ce qui entrainera une facture de 2, 5 milliards d'euros par an de fonds publics détournés pour des intérêts privés et l’importation pour plus de 25 milliards d’euros de machines en provenance du Danemark, d’Allemagne et d’Espagne.
    Une facture de 100 euros par menage et par an.Le chiffres de l'ADEME sont totalement faux.

    A titre d’exemple la Fédération Environnement Durable vient de publier une brochure qui fait le point de l’éolien en Allemagne qui sert de modèle à ceux qui veulent imposer à la France le même programme éolien.
    L'Allemagne a construit, et de très loin, le plus gigantesque parc éolien industriel du Monde. Pour autant, avec ses 19.460 éoliennes et une puissance installée de près de 20.000 méga Watts, le vent n'y produit que 7,2% de l'électricité générée par ce pays en 2007.

    L'éolien industriel est un moyen de production de l'électricité très faible du fait de son mauvais taux de charge. Cela explique qu'à l'échelle d'un pays, cette énergie est condamnée à rester confidentielle quand bien même des investissements colossaux ainsi que le sacrifice du patrimoine culturel et naturel sont consentis.
    Contrairement à l'image " écologique " que se donne l'Allemagne le quart de son électricité est produite par du nucléaire et ce pourcentage augmente.
    C’est un des pays le plus producteurs de gaz à effet de serre et en accroissement constant

    Faire croire que l'eolien va continuer à se développer massivement en France peut conduire à des désillusions.
    Les investisseurs devraient rester prudents

    J.L. Butré
    Pd
    Fédération Environnement Durable.
    http://environnementdurable.net

    RépondreSupprimer
  6. Le commentaire de la Fédération Environnement Durable (sic) est intéressant car il permet de constater que les anti-éoliens sont d'abord des promoteurs de l'énergie nucléaire, et qu'ils oublient biensûr de constater les énormes inconvénients de l'atome.

    Aucun investisseur privé au monde, n'investit dans le nucléaire sans subvention (voir les aides fédérales aux USA) et on voudrait nous faire croire que la France détient la solution miracle pour son avenir énergétique !

    L'éolien contrairement, à ce qu'il est dit par la Fédération Environnement Durable n'est pas massivement subventionné. Le prix de rachat de l'électricité éolienne est de 82 euros le MWH alors que le prix de l'électricité sur le marché européen est de 65 euros en juin 2008 !! Le solaire, lui, est massivement subventionné puisque le prix de rachat imposé à EDF est situé entre 300 et 450 euros le MWH !!

    Le taux de charge des éoliennes est peut être faible - en France de 20% à 30% selon l'exposition au vent - mais il est également très faible pour les barrages hydroélectrique, et finalement de nombreuses centrales nucléaires ont un taux de charges qui ne dépasse quère les 60% ...

    Condamné l'éolien pour un surcout temporaire de 100 euros (chiffre contesté) par an par facture EDF n'est pas sérieux, dans une société qui a un niveau de vie aussi élevé que la France !!

    Aujourd'hui, EDF vend le MWH au prix de 135 euros TTC et 67,3 euros TTC en heures creuses. En 1 an, le prix de l'électricité a augmenté de 12 euros. Dans 1 an ou 2 ans, l'éolien sera concurentiel sans aucune subvention et va devenir de + en + rentable car le vent ne subira pas l'inflation de prix des matières premières. Croire qu'EDF va maintenir des prix bas est une illusion, car une fois sortie du système d'Etat (et de l'obligation de tarif régulé en 2010) EDF s'alignera sur les tarifs européens. De plus, il est à prévoir qu'EDF aura à faire face dans les années à venir à des charges exceptionnelles en raison de frais sur la sécurité nucléaire, le prix de l'uranium, et le démantèlement des installations nucléaires qui jusqu'à présent ne sont pas clairement identifiées (voir les comparables avec les autres pays européens) ou prix à la charge de l'Etat.

    Dans le contexte actuel, parier sur le tout nucléaire est une follie qu'aucun autre pays au monde n'ose envisager !!

    Quant au sacrifice du patrimoine naturel, il faudrait un peu plus d'arguments que des affirmations péremptoires. Car contrairement au nucléaire les éoliennes ne polluent pas, ne génèrent pas de déchets et sont facilement démontables. Il faudrait parler des 50.000 pylones haute tension et des lignes qui défigurent bien des régions (et tuent les oiseaux bien plus surement que les éoliennes !!) et dont la raison d'être est en partie imputable au modèle (nucléaire) centralié de production de l'électricité ...

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme2/9/08

    Bonne analyse ..dont le fond est repris ce jour dans un article du journal Le Monde :

    L'éolien victime du lobby nucléaire, par Jean-Vincent Placé et Christophe Rossignol
    LE MONDE | 01.09.08


    Les menaces augmentent contre l'énergie éolienne. Souvent proches du lobby nucléaire, les adversaires de l'éolien tentent d'enrayer une dynamique fragile, pourtant largement approuvée par nos concitoyens (fin 2007, un sondage indiquait que 90 % des Français étaient favorables à son développement). Tandis qu'en Allemagne les pouvoirs publics misent sur les énergies renouvelables, en France des élus influents s'emploient à mettre en oeuvre une stratégie destinée à stopper l'éolien.

    Dès 2005, dans le cadre de l'examen du projet de loi d'orientation sur l'énergie, un amendement de députés de l'UMP, visant à modifier les règles de rachat par EDF de l'électricité produite par les éoliennes, signait l'arrêt de mort de l'éolien. Une forte mobilisation avait fait reculer le gouvernement de l'époque.

    Depuis quelques mois, l'offensive s'intensifie. Le 17 mars, plus de soixante-dix sénateurs, dont un ancien premier ministre, ont déposé un projet de loi pour rendre obligatoires des référendums locaux. Le 24 avril, un député UMP a déposé une proposition de loi similaire. Le 4 juin s'est réuni pour la première fois un "comité d'orientation stratégique" présidé par Valéry Giscard d'Estaing qui rassemble des associations d'opposants à l'éolien. Ce comité comprend notamment M. Boiteux, ancien président d'EDF.

    Début juillet, nous apprenions que le gouvernement a en projet un décret visant à soumettre les parcs éoliens à la procédure d'autorisation des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Les associations environnementales, indignées, ont dénoncé "des règles très pénalisantes qui auraient pour seul résultat de remettre en cause l'objectif du Grenelle de l'environnement". Enfin, quelques jours plus tard, l'Institut Montaigne, club de pensée libéral financé par des multinationales, dont Areva, a relancé la polémique sur le coût de l'éolien.

    Dans cette campagne de déstabilisation, basée sur les rumeurs les plus folles, le plus triste en cette année de présidence française de l'Union européenne est la dénonciation d'un "lobby germano-danois des éoliennes" par M. Giscard d'Estaing.

    Face à ce vent de folie, rappelons que la France s'est fixé comme objectif, dans le cadre de la directive européenne sur l'électricité renouvelable, de produire en 2010 21 % de sa consommation d'électricité à partir de ces sources renouvelables. Tous les projets éoliens sont soumis à la délivrance d'un permis de construire qui s'accompagne obligatoirement d'une évaluation environnementale dotée d'une étude paysagère.


    UNE ASSOCIATION TRÈS ACTIVE


    De plus, l'éolien participe à la lutte contre l'effet de serre, à l'amélioration de la sécurité nationale d'approvisionnement. Il s'agit d'une énergie inépuisable, sans déchets mais riche en création d'emplois. Selon un rapport de la plate-forme technologique européenne consacrée à l'énergie éolienne, l'éolien pourrait fournir jusqu'à 28 % de l'électricité de l'UE d'ici à 2030. Au ministère de l'énergie américain, on estime que l'énergie éolienne pourrait fournir 20 % de l'électricité des Etats-Unis d'ici à 2030, permettant de réduire 7,6 milliards de tonnes de CO2 durant cette période.

    Nous avons besoin d'une nouvelle politique fondée sur l'économie d'énergie, une politique d'efficacité et de sobriété. A celle-ci doivent s'ajouter des plans d'investissements majeurs dans les énergies propres, dont fait partie l'éolien. Il ne s'agit pas, bien sûr, d'installer des éoliennes partout et n'importe comment. Pour cela, la transparence et la participation des citoyens sont essentielles.

    A l'heure du dérèglement climatique et du pétrole rare et cher, la volonté de nuire à l'éolien ne peut donc que susciter l'indignation et de profondes interrogations. La réponse est à chercher du côté du conservatisme et du lobby pronucléaire, pour citer Hubert Reeves : "Chaque éolienne est garante d'un peu moins de gaz carbonique dans l'atmosphère, ou d'un peu moins de déchets nucléaires à gérer par les générations à venir."

    Face à ce lobby puissant, il existe déjà une association très active, "Planète éolienne". A ses côtés, il faut, pour reprendre encore les mots d'Hubert Reeves, que "les élus soient aux premières lignes : c'est leur lot, mais aussi leur honneur et leur dignité, eux qui doivent résister à la pression des intérêts à courte vue".

    Nous appelons donc dès maintenant tous les élu(e)s à s'engager. Dans le cadre de la présidence de l'Union européenne, la France doit préparer la conférence de Copenhague en 2009, où les Etats devront organiser la suite du protocole de Kyoto. Face au défi climatique, la France se doit d'être exemplaire.




    Jean-Vincent Placé est président du groupe des élus Verts au conseil régional d'Ile-de-France et président de la Fédération nationale des élus pour la promotion des énergies propres (Fneppep).

    Christophe Rossignol est conseiller régional du Centre et secrétaire général de la Fneppep.

    Le Monde

    RépondreSupprimer
  8. Excellent article, respect. je reconnais un très bon travail même si je n'en partage (de loin) pas les conclusions.

    D'abord, en exploitant absolument au maximum le potentiel éolien français vous arriveriez (je dis vous parce que je suis Suisse) à 30% de la production d'électricité (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne) reste 70%. Et d'ici là, la production d'électricité aura augmenté, ne serait-ce que pour les voitures électriques ou à hydrogène ...

    Le gros problème de l'éolien, c'est que ça ne souffle pas tout le temps. Quand une grosse haute pression se pose sur l'Europe en faisant une canicule au passage, ça ne souffle pas, et c'est là qu'on a besoin d'un max de jus...

    Et c'est le gros problème du tarif subventionné garanti : il ne tient pas compte de la demande. Si EDF est obligé d'acheter à 80 € le mégawatt d'éoliennes tournant la nuit, qu'en faire alors qu'il y a déjà surproduction par les usines thermiques+nucléaires ?

    La seule chose possible est de stocker ce surplus dans des barrages hydroélectriques par pompage et de le turbiner le lendemain pendant une demande de pointe. (vous appelez ça STEP en France). Mais pourquoi une telle installation, écologiquement propre, devrait elle diminuer sa rentabilité en achetant de l'électricité éolienne à 80 alors que le prix du marché est 60 (beaucoup moins en fait) ?

    Enfin je me suis documenté sur le "WhalePower". C'est une idée très intéressante, mais elle ne permet pas de dépasser la limite de Betz qui établit que la meilleure hélice du monde ne peut extraire plus de 59% de l'énergie du vent. Un fondateur de WhalePower le reconnait ici : http://tyler.blogware.com/blog/_archives/2007/5/14/2948850.html le truc c'est que leur bord d'attaque bosselé donne un rendement meilleur dans du vent faible. Ok ça va peut-être permettre de gratter quelques % de rendement global de plus, mais le problème essentiel reste : la puissance augmente avec le cube de la vitesse du vent, donc il faut surtout que ça souffle...

    je cause un peu de tout ça sur mon blog http://drgoulu.wordpress.com/, si ça intéresse...

    RépondreSupprimer
  9. matthieu9/10/08

    je pence que dans quelques années l'energie renouvelable sera un grand facteur de propreté en france. si nous continuons a poluer la planete avec les dechéts radioactifs, le climat se degradera de plus en plus vite. il fait savoir que les personne qui sont contre les éolines sont en tres grande majorité des personnes qui n'habite pas a proximité de celle-ci. un éoliéne fait 5decib.le jour et 3 la nuit a 100m. a choisir entre se lever le matin a la vus d'une usine ou des éoliénes je préfaire la derniere solution. moi meme j'ai choisi la concurence de EDF et GDF mon énergie viens des éolines POWEO qui m'assurent des baisses de tarifs constentes, tout en restant assuré par le service publique comme au par avant. j'avais le choix entre 25% d'energie renouvelable ou 100% j'ai préfairé 100% qui me permet d'avoir 3 % moins cher ma conso d'electricité et 10% sur celle de mon gaz.je ne sius pas dessus de POWEO. C'est une personne qui et venu chez moi me proposé leur baisse de tarif. et juste encore une chose c'est que l'energie renouvelable que EDF rachete, elle viens des eolienes POWEO.

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme9/10/08

    a bouley sur moselle (57) se trouve un des plus grand parc eolins de france. allez le visité

    RépondreSupprimer
  11. matthieu9/10/08

    actuellement il y a plusieurs procédés pour produire l'energie renouvelable. les éoliénes , les champs photovoltaiques, les barages hydroélectrique, les élices en plaine mer qui fonctionnent avec les courants marin et la biomasse

    RépondreSupprimer
  12. Daumier17/10/08

    Une comparaison intéressante entre les prévisions de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) et celles du Conseil Européen des Energies Renouvelables (EREC en anglais), montre que l'éolien pourrait représenter 19% de la production d'électricité dans le monde en 2030 et 23% en 2050.

    L'ensemble des énergies renouvelables pourrait représenter 54% de la production d'électricité en 2030 et 69% en 2050.

    Lire : la production d'électricité dans le monde en 2050

    L'énergie nucléaire aurait pratiquement disparu à partir de 2030 et le moindre recours au charbon permettrait de réduire de moitié les émissions de CO2 dues à la production d'électricité.

    RépondreSupprimer
  13. Anonyme23/10/08

    A lire dans le Journal Le Figaro un interview du PDG du fabricant freançais d'éoliennes Vergnet :

    "l'éolien ne coute pas cher. L'électricité est rachetée au prix de 8,3 centimes d'euros le MWH. Or il se négocie sur Powernext, entre 8 et 9 centimes. Et en 2010, son prix sera de 10 centimes. Cette année, l'électricité provenant de l'éolien a rapporté 60 centimes d'euros par abonnée et par an."

    Le Figaro.

    RépondreSupprimer
  14. Anonyme25/11/08

    Merci. C'est clair. Rien à voir avec la propagande de vent de colère et autre fédérations anti-éoliennes qui racontent n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
  15. Anonyme25/10/09

    On ne parle pas assez de la géothermie profonde. On a 4000km de magma en fusion sous nos pieds et la température de la croûte terrestre s'élève de 1° environ tous les 30m en s'enfonçant dans le sol. Des agglomérations entières dans le monde se chauffent en remontant de l'eau de forages réalisés à des profondeurs que savent atteindre très facilement tous les pétroliers de la planète.
    Dans 20 ou 30 ans, géothermie, éolien et solaire assureront l'indépendance énergétique totale des agglomérations et peut-être de chaque foyer... Si nous agissons assez vite on aura alors éviter l'apocalypse nucléaire ...
    Certains, comme les "anti-éoliennes", n'ont rien compris et freinent tout développement (comme les banquiers du pétrodollar)... Ils ne voient que ces horribles machins à hélice qui polluent véritablement le paysage (là ils ont mille fois raison), mais il existe autre chose comme par exemple les "Savonius" à axe vetical qui peuvent très facilement être "designés" pour s'intégrer dans un paysage urbain.
    Au lieu d'être négatifs et de rejeter, soyons positifs en proposant autre chose.
    Demain aussi, ces sources d'énergie permettront à chaque particulier de produire son propre hydrogène ... pour faire tourner sa voiture !
    A demain ...

    RépondreSupprimer
  16. Anonyme8/12/09

    L'Etat français se couche devant les anti-éoliens qui ne sont qu'une infime minorité très bien organisée et soutenue par le lobby nucléaire. Il suffit de voir leur pétition nationale sur Internet pour un moratoire qui n'a recueillie que 5200 signatures en 6 mois !!

    RépondreSupprimer
  17. Anonyme25/11/11

    L'éolien est souvent moins cher que le nucléaire.
    C'est expliqué ici :
    http://energeia.voila.net/electri/eolien_moins_cher.htm

    avec des chiffres récents en plus, fin 2011.

    Même le solaire sera moins cher dans quelques années.

    RépondreSupprimer
  18. Anonyme28/4/12

    Il ne suffit pas d'assimiler les anti-éoliens à des pro-nucléaires.

    Je vois simplement que l'éolien se développe de façon anarchique, sans concertation et même en catamini dans certaines communes où les citoyens ne découvrent les projets que lorsqu'ils sont finalisés sans recours possible.
    L'éolien industriel est principalement financé par des fonds de pension étrangers qui n'ont aucune fibre écologique ni humaine.Le profit étant la seule motivation sur le dos des consommateurs français.
    Il faut apporter au minimum 50 000€ pour pouvoir entrer dans le capital de ces sauveurs de la planète, ce n'est pas à la portée de monsieur tout le monde.
    Par contre aucune incitation ou promotion intéressante pour le petit éolien domestique comme c'est le cas pour le photovoltaïque.
    De plus, si c'est si formidable, pourquoi ne pas installer ces merveilleuses machines dans les villes ou à leurs portes là ou il y a une consommation importante.

    A méditer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme30/12/12

      Rien n'est jamais fait en catimini. Tous les projets sont exposés aux habitants de la commune, d'autant plus qu'une enquête publique est nécessaire et obligatoire.

      Les décisions sont prises en conseil municipal dont les réunions sont publiques (c'est la loi) et dont l'ordre du jour est affiché à l'avance.

      Les comptes-rendus sont aussi affichés en mairie.

      Et il existe des coopératives citoyennes pour financer et construire des éoliennes.

      http://coopeoliennes.free.fr

      En particulier en Bretagne.

      Le document sur l'éolien moins cher est pas mal aussi.

      Supprimer