26/03/2010

Le rapport Ollier sur l'énergie éolienne

(mise à jour, le 16 juin 2010)

Dans le cadre de l'examen du projet de loi Grenelle 2 (loi portant engagement national pour l'environnement), un rapport sur l'énergie éolienne été déposé à l'Assemblée nationale mercredi 31 mars 2010. Les propositions de la Mission parlementaire sur l'éolien ont été adoptées dans la nuit par les députés lors du vote d'amendements sur un texte de loi relatif à l'éolien (article 34). Le projet de loi Grenelle 2 sera examiné en séance plénière à partir du 4 mai. On s'intéressera particulièrement aux amendements de l'article 34 sur l'éolien.

Depuis une semaine, les conclusions du rapport de la Mission d'information commune sur l'énergie éolienne présidée par le député M. Patrick Ollier avaient largement été commentées par la presse et les écologistes depuis que le député de Gironde Philippe Plisson (PS) avait annoncé vendredi à l'AFP avoir quitté sa fonction au sein de la mission, refusant que son nom soit présent sur un document anti-éolien.

Philippe Plisson a estimé être "aux antipodes" des conclusions de la mission qu'il estime être "anti-éolienne", et a annoncé qu'il restait membre de la mission mais quittait sa fonction de co-rapporteur. M. Plisson a dénoncé le parti pris du dossier qui débute par une "ode au nucléaire" alors qu'il participe actuellement à l'aménagement de la première zone de développement éolien (ZDE) dans le département d'Aquitaine.

La commission a proposé de durcir la législation qui règlemente l'installation des éoliennes, et dénonce un "dispendieux effet d'aubaine" dont profiteraient les propriétaires de parcs éoliens, et d'"importants surcoûts".

La mission a proposé cinq recommandations votées l’unanimité :

1 - Imposer un éloignement des parcs éoliens d'au moins 500 mètres de toute habitation ou local d'activité (contre 300 mètres aujourd'hui).

2 - Ne pas construire de parc éolien de moins de 5 mats (éoliennes) et de parc d'une puissance inférieur à 15 ou 20 mégawatts.

3 - Réviser le tarif de rachat.

4 - Inscrire les éoliennes comme installations classées pour la protection de l’environnement (régime ICPE).

5 - Nouvelle réglementation des zones éoliennes par la création de schémas régionaux.

Télécharger le rapport Ollier au format PDF : Rapport d'information.

Lors un débat diffusé par la chaîné BFM TV entre Denis Baupin adjoint (Verts) au maire de Paris et M. Patrick Ollier, ce dernier s'est défendu d'être opposé à l'énergie éolienne dont "nous avons besoin"", mais a déclaré vouloir améliorer son acceptabilité en proposant une meilleur réglementation.

Après l'abandon de la taxe carbone, les déclarations du chef de l'Etat au salon de l'agriculture ("l'environnement, ça commence à bien faire"), Denis Baupin à vivement reproché à Patrick Ollier de mettre de nouvelles entraves au développement de l'éolien afin de favoriser la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, alors que la France s'est engagée à produire 10% d'électricité par le vent d'ici 2020.

Patrick Ollier a précisé que les schémas éoliens seraient discutés entre les communes, les régions et les départements, et seraient autorisés ou refusés par les préfets, et permettraient d'exclure certaines zones du territoire.

Débats et amendements autour de l'article 34


(mise à jour le 07/05/2010 - Débats à l'Assemblée nationale)

Engagement national pour l'environnement.
Eolien. Article 34.
Borloo défend les schémas régionaux qui d'après lui vont accélérer la mise en place des ZDE. Pilotés par les conseils régionaux (de gauche / PS vert.) en concertation avec l'Etat. C'est l'organe délibérant du conseil régional qui décidera. Arrêté par le Préfet de région. Pour Borloo cela va conforter les ZDE.

Pour les partisans de l'éolien, la conjonction d'un minimum de 15 MW par parc éolien et les 500 mètres d'éloignement (pour les mats de plus de 50 mètres) est un problème majeur qui annulerait 90% des projets en région Bretagne.

L'amendement Ollier 1014 supprime la notion de puissance mais le minimum de 5 éoliennes par parc est conservé.

M .Tourtelier : demande retrait du nombre minimal de 5 éoliennes.
M. Plisson : 100 hectares pour 5 mats de grandes machines de 120 mètres. Impossible de trouver un tel espace en Aquitaine.

Outremer : 5 mats ne convient pas.
Reponse du gouvernement : Dom-tom pas d'obligation d'être situé en ZDE ,pour bénéficier de l'obligation de rachat.

Tourtelier : Décentraliser la production.
Cochet : Topologie du réseau : 58 réacteurs - 19 centrales. Trop de concentration.

M. Brotte : Amendement 821 : réduire la limite à 2 mats. Refusé.
Tourtelier : Demande retrait ICPE et opposabilité. Refusé.

Borloo: Si au 31 décembre 2011, un schéma régional n'est pas établi, l'Etat prendra ses responsabilité, et publiera le schéma. Mais ironise sur le fait qu'il n'imagine pas que les régions de gauche ne rendent pas leur rapport dans les délais.

Plisson pense que le schéma reste un empêchement pour l'éolien.

Question : Projet en cours ? Réponse : Aucun changement.
Borloo s'énerve : Les schémas sont dans le Grenelle depuis le 1er jour !
Permis : accepté si pas de réponse du Préfet après 3 mois. Clause identique refusé pour les schémas.

La France n'a pas été au rendez-vous des ENR. Catastrophe économique et écologique.

Borloo : Ne doute pas qu'il sera planifié au moins 500 mats et raccordement onshore par an. (amendement 1655 rectifié). Réduire les contentieux - planifier.
Il y aura un rapport annuel sur l'avancement.

Classement ICPE. Borloo : Sureté pour éviter un rallongement des débats. Il y 580.000 installations classées en France, dont des blanchisseries. Ce n'est pas un problème pour Borloo. Clause de revoyure dans 3 ans si jamais l'objectifs minimal de 500 raccordements n'était pas atteint. Objectif final 19 GW onshore

Réponse Borloo : 500 mats indépendamment de l'éolien maritime. Oui.

Les préfets bloquent les permis.
Convertir les 500 machines en puissance.

Qui est à la commande du schéma régional éolien ?

Question sur les illusions perdues : 500 m'as tu vu ou 500 mathusalem... ??

Borloo : Je sens que le PS va voter le soutien à l'éolien inscrit dans Grenelle 2 !

Borloo : "500 mats car grâce à l'amélioration de la technologie, on pourra dépasser les objectifs" dit Borloo qui refuse que la loi indique une puissance installée minimale dans l'objectif. La gauche pense que c'est une ruse pour compter aussi les petites éoliennes domestiques.

PS : Demande d'indiquer une puissance minimale, en plus des 500 mats.
Borloo: Refus.

Refus du rachat du petit éolien. Amendement 1015. Séparation petit éolien / éolien industriel.
Crédit d'impôts pour l'éolien. Parfois les deux ?
Machine isolée moins de 30 mètres.
Pourquoi les deux ( crédit d'impôts et rachat) pour le solaire et pas pour l'éolien ??

Rachat de l'électricité accordé aux moulins à eau réhabilités.

Vote de la loi Grenelle II


Le projet de loi Grenelle 2 sera examiné mercredi 16 juin 2010 en CMP , commission mixte paritaire (7 députés et 7 sénateurs). Le texte de compromis qui devrait en sortir sera soumis au vote des députés et sénateurs pour son adoption définitive.

Pour le SER, le minimum de 5 mâts n'est pas adapté à certaines régions venteuses comme la Bretagne, la Normandie et le Poitou-Charentes. "Dans toutes les régions où il y a des bocages et des petits paysages, cela n'a pas de sens de vouloir obliger à faire des grands parcs" déclare André Antolini. La situation est dramatique dans l'ouest : un quart des projets en cours de développement et jusqu'à 60% en Basse-Normandie ne pourront pas être réalisés.

La CMP a précisé que les éoliennes ne pourront être implantées à moins de 500 mètres d'une habitation sauf dans les zones déjà définies à la date de publication de la loi.

Lire la suite.

Borloo s'adresse aux Préfets de régions...



Les Préfets sont souvent accusés de bloquer le développement de l'éolien en refusant les permis de construire à la moindre contestation d'associations locales. La pétition "moratoire contre l'éolien" porté par ses associations a recueilli moins de 7000 signatures depuis le mois de juillet 2009. Preuve, s'il en faut que l'acceptation de l'éolien pose certainement beaucoup moins de problèmes que certains voudraient le laisser croire...

Dans une circulaire datée de 7 juin 2010 adressée aux Préfets de régions, Jean Louis Borloo, rappelle l'intérêt de l'énergie éolienne et demande aux Préfet de veiller au bon développement de l'énergie éolienne dans les régions.

Circulaire du Ministre Borloo au Préfets de région concernant l'énergie éolienne

A lire sur le blog d'Arnaud Gossement.

Des surcouts engendrés par le tarif de rachat ?


En 2010, le MWH éolien est racheté par ERDF 86 euros (dégressif après la 10em année) aux producteurs privés. Il s'agit d'un prix de rachat de l'électricité éolienne parmi les plus bas d'Europe. Ce tarif es jugé dispendieux par le rapport alors que la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) a calculé une rentabilité située entre 9,7 et 13,5 % pour un parc éolien ayant un taux de charge maximal de 2200 heures par an. Prévu pour durer jusqu'en 2013, et destiné à aider à la mise en place d'une filière éolienne, les contrats actuels de rachat n'ont d'ailleurs rien d'excessif quand on sait que le prix du MWH en sortie de l'EPR de Flamanville serait proche de 65 euros. Si EDF annonce, aujourd'hui un prix de production moyen situé autour de 33 euros le MWH, cela n'est pas représentatif du cout réel de l'électricité. Le mode de financement du parc électro-nucléaire français (amortissement sur 25 ans, régime de subventions) introduit un biais qui laisse croire que les centrales nucléaires produisent de l'électricité bon marché ...

En 2009, les 2914 éoliennes installées en France (environ 4 GW) ont produit 7,8 térawattheures d'électricité, soit 1,6% de la consommation française totale. La puissance moyenne des 518 machines installée en 2009 est de 2,1 mégawatts. Selon le SER, les groupes français Vergnet et Alstom (Ecotecnia) ne détiennent que 4,3% de part de marché mais "35 à 60% des composants sont fabriqués en France".

En novembre 2009, le Centre d’Analyse Stratégique du Premier Ministre a publié un rapport très détaillé "Le Pari de l'éolien" sur l'impact économique du développement d'une filière éolienne en France. Le rapport avait notamment corrigé les calculs erronés effectués par des instituts pouvant être considérés comme des relais du lobby nucléaire.

Plus curieusement encore, le rapport de la mission préconise de développer l'éolien offshore, beaucoup plus couteux.

En effet pour l'ADEME, le développement de l’éolien en ligne avec les objectifs 2020 fixés par le Grenelle (25 GW dont 6 GW en mer) aurait un surcoût généré par le tarif de rachat essentiellement imputable à l'éolien en mer. La CSPE serait de 862 millions d’euros (dont 803 millions pour l’éolien maritime), soit en moyenne 5,4 Euros par an et par foyer. Cette étude part de l’hypothèse que le prix de marché de l’électricité n'augmente que de 3% par an d'ici 2020. Comme le démontre le rapport du CAS, l'impact de l'éolien serait positif avant 2020 en cas de scénario plus pessimiste (et très probable) de hausse des tarifs de l'électricité.

Source Ademe 19/03/2010

Le mitage du territoire ?


La France est parcourue par 100 000 km de lignes Très Haute Tension (THT) et Haute Tension (HT). Rien que pour l'interconnexion au réseau de l'EPR de Flamanville, une ligne de 150 Kilomètres de THT 400.000 volts est en cours de construction. Au total, on dénombre plus des 300.000 pylônes THT, et certains dépassent une hauteur 60 mètres... Cette mobilisation, au plus haut sommet de l'Etat, contre les 8000 éoliennes onshore prévues par le Grenelle de l'environnement est d'autant plus surprenante que leur impact sur l'environnement restera marginal.

Prix de production du MWH pour des centrales construites en 2009 en Europe


Nuclear € 50 - € 55 - € 65
Combined cycle gas Coal : € 65 - € 82
Coal : € 55 - € 75
Wind € 53
Biomass € 65
Coal € 55 - € 75
Combined cycle gas € 65 - € 80

Sources : AREVA "Business & Strategy overview" juin 2009
ref ENEL (July 2008), E.On (April 2008) et UBS (January 2009)
Areva "Appendix 1 Nuclear: a necessary part of the solution" janvier 2009.

Source


Le régime ICPE pour les parcs éoliens ?


Claude Turmes, député européen et rapporteur de la directive EnR du paquet climat-énergie avait déclaré en juin 2009, qu'il jugeait "intellectuellement malhonnête d'encadrer les éoliennes comme une usine AZF". Cette disposition est contraire à l'esprit de la directive européenne sur les énergies renouvelables et "l'Europe engagera des poursuites contre la France", avait-il conclu.

Interrogé sur la question du classement des éoliennes dans la nomenclature ICPE, Jean-Louis Borloo avait indiqué qu'il préparait un régime spécifique qui devrait satisfaire les deux parties (pro et anti-éoliens).

Si ce classement risque de complexifier encore un peu plus l'administration des dossiers, la durée des recours pourrait, par contre être considérablement réduite. Un 3em régime ICPE a, en effet, été créé par une ordonnance publiée au Journal Officiel du 11 juin 2009. Celui-ci prévoit une procédure d'autorisation qui serait plus rapide que le régime auquel sont soumises actuellement les installations éoliennes, mais pour l'instant rien n'indique que l'éolien puisse en bénéficier.

La question du classement des parcs éoliens en régime ICPE avait été soumise en 2004, à l'avis du Conseil général des Mines, qui avait conclu ainsi son rapport :

Enfin, la mission n'est pas favorable à l'élaboration d'une nouvelle réglementation pour au moins trois motifs : nos obligations communautaires nous interdisent d'aller plus loin que la directive ; le cadre réglementaire dans lequel sont placées les éoliennes est déjà particulièrement dense et complexe et la création d'une nouvelle procédure n'apparaît pas opportune si l'on souhaite développer la filière ; enfin, les risques encourus par les salariés et le public, finalement limités paraissent pouvoir être convenablement maîtrisés par l'application des réglementations existantes adaptées aux spécificités des aérogénérateurs.

Source Rapport sécurité éolien.

Parc éolien du Cap Sizun (Finistère)

Alors que l'énergie éolienne produit de l'électricité à un cout nettement inférieur aux centrales nucléaires, priver la France d'un parc éolien qui pourrait en association aux autres ressources renouvelables fournir un quart de la consommation nationale serait le signe d'un acharnement inexplicable à maintenir la France dans une politique du tout nucléaire qui commence à montrer ses limites ....

Quelques tarifs de rachat d'électricité par ERDF


MWH Eolien : 86 euros indexé sur l'inflation et dégressif après 10 ans par paliers selon le taux de charge : + de 2800H -> 68 euros et + de 3600h -> 28 euros.
MWH biomasse : 125 euros (2010).
MWH photovoltaique : de 314 à 580 euros selon le type d'installation.
MWH géothermique : 200 euros (2010).

Les premières réactions


A l'occasion d'un point de presse organisé par le Syndicat des énergies renouvelables (SER) mercredi, Jean-Louis Bal, le directeur des énergies renouvelables à l'Ademe a déclaré que "les populations sont beaucoup plus favorables au développement de l'éolien qu'on ne le dit souvent", et que l'éolien ne se développait pas de façon incontrôlée en France.

André Antolini, le président du SER, a trouvé assez effrayant et baroque la proposition de la Commission parlementaire qui recommande de fixer à 15 méga-Watts la puissance minimale d'un parc éolien. "Du point de vue du paysage et de l'acceptabilité des riverains, de petites fermes éoliennes de quelques mats sont souvent mieux adaptées dans certaines régions." Et d'ajouter, que tout cela lui paraissait "destiné à empêcher le développement de la filière plutôt que de l'aider à s'organiser harmonieusement".

Dans un communiqué commun le WWF, CLER, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et le Réseau Action ClimatFrance ont regretté que «les recommandations stipulées par le rapport risquent non seulement de mettre en péril la filière, mais réduisent également toutes nos espérances en ce qui concerne la baisse des émissions de gaz à effet de serre et notre objectif de 23% d’énergies renouvelables d’ici 2020».

Lire le communiqué.

Jeudi 21 avril 2010, L'Union française de l'électricité (UFE) qui regroupe les producteurs et distributeurs d'électricité comme EDF, GDF Suez, Poweo... s'est étonné de "la discrimination qui serait ainsi apportée à la filière éolienne, en la soumettant à quatre niveaux de réglementation administrative".

L'UFE a indiqué dans son communiqué qu'elle s'opposait à l'application du régime ICPE à l'éolien (non justifié par les caractéristiques de cette forme de production d'électricité), à la construction de schémas régionaux s'ils ne sont pas encadrés par des prescriptions assurant, entre autres, la cohérence avec les objectifs nationaux et, plus largement, avec les ambitions du Grenelle de l’Environnement, à l'instauration d'un seuil minimal de 15 MW qui conduirait à supprimer plus de la moitié des projets en cours, et obérerait gravement l'avenir de l'éolien en France.

Le communiqué de UFE


Les Echos du 30/04/10: A quelques jours de l'examen du projet de loi Grenelle II (le 4 mai), l'Union française de l'électricité (UFE) et la Fédération des industries électriques, électroniques et de la communication (FIEEC), le Syndicat des énergies renouvelables (SER) appellent au retrait des amendements de la mission Ollier. Les 140 entreprises de la filière éolienne génèrent 10.000 emplois directs et indirects, chiffre qui pourrait être multiplié par six en 2020 si le sobjectifs fixés par le Grenelle sont respectés (produire 10% d'électricité par le vent en 2020).

Ils dénoncent une loi trop binaire qui pour la FIEEC pourraient réduire le potentiel d'implantations des éoliennes de 60 % en France.

Plusieurs députés de l'opposition, dont François de Rugy (Verts) et Christophe Caresche (PS), membres d'un groupe d'action parlementaire pour l'écologie, ont accusé "un groupe de députés de la majorité" réunis autour de Patrick Ollier (UMP), président des Affaires économiques, de "rendre impossible un développement de l'éolien" en France en ayant fait adopter plusieurs amendements multipliant les obstacles juridiques et administratifs.

Plus grave .. Jean-Louis Borloo ne sait plus... et s'en remet au débat parlementaire «Sur l'éolien, je ne sais pas, à la vérité, quelle est la bonne solution».

Pour M. Plisson "Le productivisme cher à Sarkozy a repris le pouvoir!". "Il a accusé le ministre Jean-Louis Borloo de "lâcheté" pour avoir envoyé, à sa place, en commission, son secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, "pour ne pas avoir à cautionner les mesures anti-éoliennes" - AFP 28/04/2010 -

En Avril 2008, Nathalie Kosciusko-Morizet avait fait scandale en déclarant dans Le Monde,
"Il y a un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé qui essaie de détourner l'attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe et Jean-Louis Borloo, qui se contente d'assurer le minimum", "J'en ai marre d'être confrontée à une armée de lâches"...


A lire sur le sujet :


L'avis de France Nature environnement : L'éolien en berne.

Le Document du Centre d'Analyses Stratégiques : Le Pari de l'éolien



Réaction du Réseau « Sortir du nucléaire »

On invoque les « 140 à 150 mètres »de hauteur des éoliennes mais sans mentionner – ne serait-ce qu’à titre de comparaison - les 150 mètres de hauteur des tours de refroidissement des centrales nucléaires. On parle de « mitage du territoire », en appelant à la rescousse l’Académie des Beaux- Arts, ardent défenseur de la tradition française mais qui ne s’est jamais trop préoccupée des quelques 200 000 pylônes à Haute Tension qui parsèment la France. Le rapport Ollier va même jusqu’à évoquer, à propos du littoral, une « distance de sauvegarde de 10 Km côté terrestre et de 20 Km sur mer ». Mais que faire alors des centrales nucléaires de Gravelines, Penly, Paluel, Flamanville, le Blayais, qui sont au bord des côtes (en violation de la loi littoral, ceci dit en passant) ?



A lire dans le journal L'Alsace du 27 mars 2010.

Excédés par l’impossibilité de réaliser leurs projets d’éoliennes, les élus de 26 communes du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et des Vosges se fédèrent pour tenter de faire tourner le vent. « Que faut-il faire pour aboutir ? Les études montrent que nos projets ne vont pas à l’encontre de la biodiversité », souligne Roger Bleu, le président de la communauté de communes de la Vallée de Kaysersberg. « Les oppositions à nos projets ne viennent pas de la population locale, mais de quelques naturalistes intégristes, d’ayatollas des villes qui voudraient retrouver le dimanche une nature dans sa virginité du XVIII e siècle, dénonce Henri Stoll, maire de Kaysersberg. Je suis un écolo pur et dur, antinucléaire qui veut développer des alternatives. »

Projet de loi Grenelle 2 : l’avenir de l’énergie éolienne en jeu

A lire sur Mediaprat : Mais qu'est ce qui fait courir M. Patrick Ollier ? : Mediapart.

Marc Vergnet réagit à la loi Ollier Lire l'interview.

A lire dans le Journal La Croix : Il faut combattre l'idée que la France a raté le Marché de l'éolien. « On a du vent, le deuxième potentiel éolien d’Europe, une demande forte, 20 000 mégawatts à installer d’ici à 2020 (soit environ 6 000 éoliennes à terre) et des modalités de financement. C’est par l’économie, par la création d’emplois, 50 000 sont attendus d’ici à 2020, que l’on lèvera les obstacles ».

23 commentaires:

  1. Anonyme27/3/10

    Normal ...l'éolien industriel a un bilan carbone trés discuté ....un tarif garanti trop élevé , une productivité aléatoire . L'éolien est aussi et surtout trés polluant au niveau des paysages et pour l'environnement et l'économie locale . ....de plus l'etat a mis des garde fou beaucoup trop léger ....quand on voit des projets comme celui de st rémy des landes avec des éoliennes de 180 m plantées a 8 km des côtes ....c'est pas possible ça . Avec de tels comportements l'opposition ne fera que monter . L'objectif des 23 % est bon mais le gouvernement doit avoir beaucoup plus de discernement . A 22 km comme les Anglais , Allemand et Belge c'est déja plus acceptable ....et il y a aussi l'hydrolien trés prometteur que les politiques ne prennent même pas en cpte ...alors que cette technologie est beaucoup plus gérable et surtout beaucoup moins polluante . pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi ? Le KWh éolien est beaucoup moins cher que l'hydrolien. Pour un parc éolien moderne le prix de production est autour de 5 ct d'euro mais plus proche de 9 ct euro pour l'hyrdrolien. Avec un prix public de l'électricité a 12 ct d'euros le Kw.h, l'éolien est économiquement rentable. Quant à la pollution au niveau des paysages, elle est très discutable. Biensur, une éolienne se voit, et comme c'est nouveau ça peut être dérangeant mais il a bien d'autres priorités à combattre au niveau de la pollution : pesticides, dioxines, CO2, particules ... Mais biensur celles-ci ne se voient pas ... Et que dire du remembrement agricole ..et de ces champs à perte de vue, sans un arbre ni une haie ...?

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme28/3/10

    Magnifiques ! Je les trouve magnifiques : élancées, élégantes par leur ligne blanche et fine et leur lent mouvement. Dans le paysage elles donnent une atmosphère irréelle et futuriste, comme si l'on arrivait dans un monde nouveau et mystérieux. Ces moulins à vent du XXIme siècle sont magiques. Et puis elles sont devenues l'outil indispensable. Ceux qui sont contre ne savent vraiment pas s'adapter au modernisme.
    Que les Éoliennes puissent gêner par le bruit reste un problème à résoudre par une implantation éloignée des habitations, c'est tout !

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme30/3/10

    Moi je dis,
    L'éolien c'est bien.
    Le nucléaire c'est la galère.
    Si Sarkozy fait marche arrière,
    on lui bottera le derrière !

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme31/3/10

    Ce rapport parlementaire a le mérite de rappeler de nombreuses vérités étouffés au nom du green business.
    http://www.chavagnes-authentique.fr/

    RépondreSupprimer
  6. Marie3/4/10

    J'ai entendu dire que ce sont des promoteurs immobiliers qui montent les populations rurales contre les éoliennes... Ils préfère dépouiller les agriculteurs de leurs terres pour faire leurs opérations, que les laisser en tirer un revenu grâce aux éoliennes. Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer
  7. Pierre Pico8/4/10

    Quelques chiffres à méditer :
    Avec des taux de charges respectifs de 25% (éolien) et 75% (réacteur nucléaire), le nucléaire est plus cher que l'éolien.

    Il faut 2400 éoliennes de 2 MW pour produire autant d'électricité qu'un réacteur EPR de 1.6 GW.

    Pour l'EPR il faudra ajouter une ligne THT de 150 KM bien plus voyantes que les éoliennes.


    2400 éoliennes de 2 Mw coutent 3.6 Md d'euros et 1 EPR de 1.6 GW coute pas loin de 6 Md€ si j'en crois le prix de 6.7 Mds d'euros pour l'EPR en construction en Finlande.

    Ce donne bien un différentiel de 30% en faveur de l'éolien. CQFD.

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme21/4/10

    "Moi je dis,
    L'éolien c'est bien.
    Le nucléaire c'est la galère.
    Si Sarkozy fait marche arrière,
    on lui bottera le derrière !"

    Et une éolienne de 150m de haut à 550m de chez vous, dans votre champ de vision direct ça vous plait ?

    La revente de votre maison, vous y pensez ????

    Les centrales thermiques EDF (qui recrutaient beaucoup il y a peu) travaillent pour combler le faible rendement des éoliennes (25% max) et polluent....

    Alors laissez moi rigoler.

    Les éoliennes, tout le monde en veut, mais très très loin de chez soi..

    RépondreSupprimer
  9. L'éolien se substitue en priorité au thermique, et non le contraire.... Les chiffres des 5 dernières années montrent que plus la part de l'éolien augmente, moins les centrales thermiques sont utilisées.
    Voir les chiffres

    Le Grenelle de l'environnement a prévu un mix vert (hydraulique + éolien + biomasse + solaire) de 25 GW qui doit permettre d'éliminer la totalité du parc thermique d'ajustement.

    RépondreSupprimer
  10. La premiere urgence ce sont les ECONOMIES D'ENERGIE: il y a là un champ d'action et aussi une source d'emplois immense: une démarche écologique honnête commence par cela! Où est le débat, où sont les projets? Ensuite, les énergies renouvelables doivent être développées...là où elles wexsitent. La présence de promoteurs éoliens dans des régions très peu ventées n'est due qu'à des interets finaciers: les projets sont revendus à des multinationales ou des banques qui escomptent 13,5% de rente annuelle, garantie par l'Etat. Il est grand temps d'avoir une démarche entièrement écologique, et de penser au bien public, au lieu de servir les interets privés. Et de suprrimer les "certificats verts", droits à polluer revendus par les constructeurs d'éoliennes à des industries qui dépassent leur quota d'émission de CO2...

    RépondreSupprimer
  11. Pierre5/5/10

    Ollier vient de retirer les 15 MW pour la limite inférieure de puissance d'un parc éolien, et les députés Nouveau Centre vont demander la suppression du régime des Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Jean Dionis du Séjour va déposer un amendement en ce sens.

    On respire un peu . Les délires du rapport Ollier semblent être enterrées un à un ..

    M caille :: 300.000 pylones THT en France .. une double ligne de 150 KM de 400.000 volts rien que pour connecter l'EPR de Flamanville ...

    et vous venez nous parler de 4000 éoliennes... Arrêtez un peu votre cinéma. On sait qui vous êtes.. L'Ecologie vous n'en avez rien à battre !!

    RépondreSupprimer
  12. Anonyme6/5/10

    Les énergies renouvelables, moi jsuis OK. Là où je crois que l'on va trop loin, c'est quand on commence à modifier négativement notre cadre de vie.

    J'habite à la campagne, je constate que beaucoup de nouveaux habitants y viennent pour le calme, la douceur de vivre, etc.. Alors leur annoncer que l'on va construire des éoliennes de 150m de haut à 500m de chez haut... la pilule passe très mal.

    J'étais sur Stuttgart dernièrement, là où j'ai vu des éoliennes de ce type, il n'y avait aucune habitation.. en tout cas pas de village complet..

    Nous ne sommes pas là pour subir les nuisances de matériels, véritables poules aux œufs d'or pour les promoteurs, à moins que l'on indemnise chacun des particuliers.

    RépondreSupprimer
  13. Anonyme6/5/10

    L'éolien est une poules aux œufs d'or .. ?? Ah Ah aH ..C'est comique ce genre d'affirmation .. Parce que si c'était vraiment le cas, alors cela voudrait dire que l'éolien est très concurrentiel. Quand on voit le prix de rachat par EDF du KWH des éoliennes dégressif apres 10 ans .. et celui des autres ENR ...

    RépondreSupprimer
  14. Anonyme8/5/10

    Oui je pense que les marchands d'éoliennes se graissent les pattes, et c'est bien normal. Quel industriel travaillerait pour un retour sur investissement proche de zéro ????

    Rien que le fait que des gens gagnent du blé en pourrissant mon quotidien, me mets hors de moi.

    Je préfèrerai avoir une ligne LGV ou une autoroute pour me faire indemniser et partir,
    plutôt que de subir ces monstres de fer à 500m de chez moi tous les jours..

    De toute façon, on risque de continuer à entendre parler pendant un bon bout de temps (Grenelle 2). Le climat en France va déjà bien mal, mais c'est bien, continuons à pourrir la vie des gens bien au calme dans leur campagne..

    RépondreSupprimer
  15. Anonyme20/5/10

    Jess a dit…
    L'éolien se substitue en priorité au thermique, et non le contraire.... Les chiffres des 5 dernières années montrent que plus la part de l'éolien augmente, moins les centrales thermiques sont utilisées.

    Mais c'est du grand n'importe quoi ! Chez nous, ils CONSTRUISENT une centrale thermique (320 millions d'euros) alors que les projets d'éoliennes fleurissent plus rapidement que le lilas cette année. Et qu'apprend-t-on de la plume même dudit constructeur suisse ?... Qu'il est aussi promoteur d'éoliennes, et que sa centrale viendra en appui des futures éoliennes. C'est écrit noir sur blanc et c'est son interview. Alors ouvrez les yeux !
    Quant à la poule aux d'or : ben oui, quand on touche des sub, qu'on a des crédits d'impot, qu'on qu'un seul client avec un engagement de 10 ans sur le prix d'achat, il ne faut vraiment pas être au fait des finances pour comprendre que c'est plus sûr que la Bourse et plus rentable que le livret A. Quel investissemnt promet un retour de 15 à 20 % nets aujourd'hui ??? Euh, dois-je vous rappeler qu'un des plus grands promoteurs est 121ème fortune de France http://www.challenges.fr/classements/fortune.php?cible=2057
    Et bien ça, si c'est pas de la poule aux oeufs d'or...

    RépondreSupprimer
  16. Et avec quoi vous allez la produire l'électricité ??

    Du nucléaire ? Pour payer au final, démantèlement, gestion des déchets, et subventions incluses 3 fois plus cher que l'éolien, et vous retrouver avec des déchets ingérables ?? De plus le nucléaire a trop d'inertie et ne peut suivre les variations de demande jour / nuit ...

    Les centrales thermiques gaz (cycle combiné) ont un très bon rendement et sont parmi les moins polluantes (très peu de particules et 400 g de C02 par kWh), associées avec l'éolien, ça permet de réduire le cout de production et la quantité finale de déchets. Quand il y a du vent, l'éolien se substitue aux centrales gaz. C'est l'avenir. Globalement ça permet de faire baisser le prix du KWH car l'éolien est très bon marché. Tous le pays orientent leur réseau dans ce sens...

    RépondreSupprimer
  17. Anonyme25/5/10

    Le nucléaire a de l'inertie, c'est pas faux, c'est pour cela que les centrales thermiques sont là... pour écrêter les besoins.

    Faut vraiment être utopiste pour faire croire que le nucléaire en France va disparaitre... Nous avons les leaders en la matière..

    Le problème des éoliennes, c'est qu'elles nous pourrissent la vie. C'est bien beau de jouer les écolos, mais pourrir la vie de gens bien au calme dans leur campagne, ce n'est pas admissible. Les Français ont bien autres soucis à gérer que de s'occuper des projets d'éoliennes à proximité de chez eux.. et les promoteurs en profitent...

    J'espère pouvoir continuer à dormir les fenêtres ouvertes encore pendant longtemps..

    RépondreSupprimer
  18. Anonyme26/5/10

    Ne vous inquiétez pas comme ça ... Vous savez bien que les éoliennes ne fonctionnent que lorsqu'il y a du vent. Et au pire elles sont arrêtées après 22 heures. La pollution des centrales nucléaires étant invisible, qu'une enquête ait révélé qu'en Allemagne le taux de cancers infantiles est multiplié par deux autour des réacteurs ne doit pas vous empêcher de dormir ...

    RépondreSupprimer
  19. Anonyme1/6/10

    La Bretagne,avec sa façade maritime pourra fournir avec un parc "hydrolien" les 3 à 5GW nécessaire au déficit français.Seul un plan "énergétique MER" dans ce sens est industriel et porteur d'avenir, l'éolien est défigurant pour l'environnement et en plus n'a aucun rendement significatif( 25 à 30% en régime de croisière), L'éolien "offshore" est une des plus mauvaises idées de l'état.
    Un Breton

    RépondreSupprimer
  20. @anonyme : Le mot "rendement" comme vous l'utilisez n'a aucun sens... Il faudrait arrêter de dire n'importe quoi ... L'éolien à un taux (ou facteur) de charge moyen de 25% cela n'a rien à voir avec un rendement !!
    Le rendement énergétique d'une éolienne est proche de 90% dans tous les cas. C'est le rapport entre la force du vent et la puissance électrique restituée.

    Une voiture qui roule 30.000 km par an n'a pas un rendement 3 fois supérieur à une autre voiture qui roulerait 10.000 km ... Enfin, c'est du même niveau de non sens que comparer un facteur de charge et un rendement.

    Par contre pour une centrale thermique ou nucléaire le rendement est effectivement très faible, de l'ordre de 30%, car 70% de l'énergie est perdue dans les vapeurs et le réchauffement des rivières.

    Les barrages hydroélectrique en France ont un facteur de charge moyen de 28%... et pourtant il sont reconnu comme le meilleur moyen de produire de l'électricité. Ce qui compte c'est le prix de revient de l'électricité ... Alors on pourrait parle de rendement financier des capitaux investis.

    Pour l'hydrolien qui aura certainement un impact environnemental non négligeable, le prix du MWH est situé autour de 100 euros, soit deux fois plus cher que l'éolien ... De plus, il faut environ 40 hydroliennes de puissance moyenne de 50 KW pour une éolienne de 2 MW ... J'imagine difficilement le réseau électrique et les câbles qu'il va falloir tirer pour relier près de 100.000 hydroliennes qui seraient nécessaires pour installer 5 GW ..

    RépondreSupprimer
  21. Anonyme13/7/10

    Moi ce que je remarque dans toutes vos critiques c'est les "moi je" etc mais pensez vous un peu à l'avenir de vos enfants qui auront tous les plus déchets des nucléaires à devoir gérer? ou encore au fait qu'on achète à prix d'or l'énergie que nous devons importer des pays voisins??
    Allons réfléchissez un peu!! je préfère 1000fois avoir dix éoliennes devant chez moi que 5 pylones EDF et produire de l'énergie propre au lieu d'écheter chez nos voisins...

    RépondreSupprimer
  22. Eolien: nouvelles règles pour accélérer le développement en France.

    26 Aout 2011 : Le gouvernement a présenté ce vendredi de nouvelles règles pour modernisées le développement de l'énergie éolienne terrestre en France. L'objectif est de réduire les délais tout en évitant le mitage du territoire, a déclaré la ministre de l'Ecologie.

    Des décrets de loi publiés jeudi, permettront de réduire les délais d'instruction des permis de construire à 1 an pour la grande majorité des projets contre 2 à 4 ans en moyenne aujourd'hui.

    Ce nouveau cadre réglementaire doit accélérer la construction de parcs éoliens pour respecter l'objectif de porter à 23% d'ici 2020 la part des énergies renouvelables en France, en triplant notamment la puissance installée d'éoliennes terrestre de 6 gigawatts (GW) aujourd'hui à 19 GW en 2020.

    RépondreSupprimer
  23. Anonyme1/3/13

    Bilan éolien et solaire 2012 en France

    L'éolien ralentit de 9% et le solaire de 39%.


    Les nouveaux raccordements de puissance électrique d'origine éolienne et photovoltaïque ont ralenti de 9% et 39% en France en 2012.

    En 2012 :
    753 mégawatts de nouvelles éoliennes,
    1,079 mégawatts d'installations photovoltaïques ont été raccordées au réseau électrique français.

    (Tableau de bord du Commissariat général au développement durable)

    Rappels 2011 :
    830 mégawatts éoliens,
    1,759 mégawatts PV.

    Le parc éolien installé en France fin 2012 franchit le cap des 7.562 mégawatts et produit 3% de l'électricité française (contre 2,4% en 2011 pour 6800 mégawatts).


    Le parc photovoltaïque fin 2012 : 4,003 mégawatts (2,9 Mw fin 2011)


    Fin 2011, le parc éolien français était d'environ et le parc solaire de près de 2.900 mégawatts.

    RépondreSupprimer