09/10/2008

CO2 : L'eolien économise du CO2 même en France !!

On entend depuis quelques mois, les sirènes du lobby nucléaire nous raconter que les éoliennes augmentent les émissions de CO2 de la France !! Raisons invoquées : la France dispose d'un parc nucléaire qui n'émet pas de CO2, et les éoliennes produisent une énergie intermittente à laquelle devraient se substituer des centrales thermiques. Les éolicides prétendent même que la France doit construire de nouvelles centrales thermiques à part égale du développement du parc éolien !!

Avec de tels arguments, l'efficacité de l'énergie éolienne semble bien remise en cause, tout du moins en ce qui concerne la lutte contre le dérèglement climatique par réduction des émissions de CO2 ! Alors qu'en est-il vraiment lorsque l'on consulte le "Bilan électrique français" publié chaque année par le RTE ... ??

Au Danemark, l'éolien représente en 2009, une part de 25% dans la production d'électricité, et à permis de réduire les émissions de CO2 du pays de 20%.

Regardons le bilan du Réseau français de Transport de l'Électricité :

Bilan 2009
TWH, variation 2008/2007 en %
Nucléaire 390 -6,8% -------> taux de charge du parc nucléaire 61%
Hydraulique 61,8 -9,2%
Thermique fossile 54,8 +3,1%
Éolien 7,8 +39,9%
Autres énergies renouvelables 4,4 +7,5 %
Production nette totale 518,8 -5,5% %

Bilan 2008
TWH, variation 2008/2007 en %
Nucléaire 418,3 -0,1 %
Hydraulique 68 +7,4 %
Thermique fossile 53,2 -3,3%
Éolien 5,6 +37,4 %
Autres énergies renouvelables 4 +6,6 %
Production nette totale 549,1 +0,8 %

Bilan 2007
TWH, variation 2007/2006 en %
Nucléaire 418,6 -2,3 %
Hydraulique 63,2 +3,6 %
Thermique fossile 55,0 +2,2 %
Éolien 4,0 +79,4 %
Autres énergies renouvelables 3,9 +15,5 %
Production nette totale 544,7 -0,8 %

Bilan 2006
TWH, variation 2006/2005 en%
nucléaire : 428,7 -0,3%
Hydraulique 60,9 +8,4%
Thermique fossile 54 -9,6%
éolien 2,2 +126%
autre ENR 5,5 +27%
Production totale 549,1 -0.2%

Bilan 2005
TWH, variation 2005/2004
Nucléaire 430 +0,7%
Hydraulique 56 -13%
Thermique fossile 58,9 +10,7%
éolien 1
et autres ENR 3,3 +11,5%
Production totale net 549,2 +0,2%

la centrale thermique de Porcheville dans les Yvelines possède 4 unités de 600 Mw
Ainsi, nous pouvons constater qu'entre 2005 et 2008, la production thermique émettrice de CO2 a baissé de 58,9 TWH à 53,2 TWH et qu'en même temps la production éolienne est passée de 1 TWh à 5,6 TWh. Par conséquent, il est clair que la montée en puissance de l'éolien n'est pas comme le prétendent les associations éolicides accompagnée d'une augmentation concomitante du fonctionnement d'unités de substitution thermique !! Bien au contraire ...

Entre 2005 et 2008, la production totale est restée stable.

Nucléaire : baisse -12 TW.h
Hydraulique : augmentation +12 TW.h

Thermique : baisse -5,7 TW.h
Eolien : augmentation +4,6 TW.h
Autres ENR : +0,7 TW.h

Ces chiffres montrent clairement que l'éolien s'est fortement substitué aux centrales thermiques. Pourtant, il est de plus en plus fréquent d'entendre dire que les éoliennes ont un bilan CO2 négatif car "des centrales thermiques seraient nécessaires pour les réguler" !! Cette croyance est le résultat d'une campagne de désinformation.

La polémique fait rage


A la veille du vote des députés sur la loi de programmation des mesures proposées par le Grenelle de l'environnement, certains voudraient bien mettre à la trappe l'aide (bien maigre) accordée à la filière éolienne. Dans cette affaire, le lobby nucléaire joue sa position monopolistique car avec le deuxième gisement éolien d'Europe, la France pourrait intégrer jusqu'à 25% d'électricité d'origine éolienne dans son réseau.

Selon Jean-Louis Butré (Président de la Fédération environnement durable, qui regroupe les anti-éoliens) : «L'éolien ne réduit pas les gaz à effet de serre, une éolienne ne tourne que 25% du temps. Il a donc fallu réhabiliter des centrales thermiques pour compenser le manque de vent.» Source : Challenges - 9 octobre 2008

Pour l'ancien Président de la République, Valéry Giscard d'Estaing qui a pris la tête du mouvement anti-éolien, les éoliennes ne sont pas satisfaisantes pour réduire les émissions de CO2.

Selon le ministère de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo : le vent a fait économiser cette année 1,65 million de tonnes de CO2.

Pour André Antolini (Président du Syndicat des Energies Renouvelables, «l'éolien se substitue au thermique dans les trois quarts des cas !»

Dans son bilan prévisionnel 2006-2016, le RTE gestionnaire du Réseau de Transport de l’Electricité estimait que la production éolienne contribuera à la sécurité de l’équilibre offre/demande. Le RTE explique que pour 1 MW éolien, il suffit de prévoir 5% de moyens de régulation d'origines thermiques ou hydrauliques.
L'éolien contribue donc au passage aux pointes de consommation et se révèle bien adapté à la consommation dans l'hexagone : les parcs produisent plus en hiver qu’en été, soit dans les périodes où la demande d’électricité est la plus importante. Pour plus de 90 %, l’énergie éolienne se substitue à la production de centrales thermiques à flamme, situées sur le territoire européen. » Source 2 Février 2007 - SER.

Eoliennes et CO2, explication :


Même dans un réseau électrique "tout nucléaire" comme celui de la France, le nucléaire ne peut guère dépasser 75% de la puissance moyenne fournie en raison de la très forte inertie des réacteurs nucléaires. Des centrales à montée rapide en puissance sont utilisées pour réagir à des variations brutales de consommation (pic de 17 heure, pic de froid...), mais aussi pour faire l'équilibrage entre la consommation de jour et la consommation de nuit (environ 20 à 30%). Ainsi, lorsque la consommation est la plus forte (la journée), il y a toujours une part d'environ 20% de l'énergie qui ne peut être fournie par le nucléaire.

L'objectif du Grenelle est de réaliser un mix vert (hydraulique + biomasse + éolien + solaire) qui ait assez de réserve de puissance et d'énergie pour se substituer, au minimum aux centrales thermiques émettrices de CO2 qui réalisent l'équilibrage jour/nuit.

L'éolien lorsqu'il est disponible se substitue aux centrales thermiques qui sont alors arrêtées. Dans un pays comme la France, il serait possible d'intégrer 20% à 30% de capacité éolienne qui se substituerait au volant "thermique + hydraulique" lorsqu'il y a du vent, et même à une partie de la production nucléaire lorsque la météo prévoit de longues périodes ventées.

L'éolien est donc utilisé en substitution aux productions d'équilibrage classiques (thermiques et hydraulique). On économise ainsi le combustible fossile et les émissions de CO2 dans un cas, ou l'eau dans les barrages. La nuit, les éoliennes sont facile à délester mais leur production peu aussi être exportée. Pour être clair sur l'intégration de l'éolien en France, on peut dire qu'à chaque fois qu'une éolienne démarre, on baisse d'une puissance équivalente, en priorité une centrale thermique.

Dans le cas du parc éolien, les variations de production sont prévisibles par la météo. De plus la France bénéficie de trois régimes de vents qui s'équilibrent assez bien, ce qui fait que globalement le parc éolien est en activité 80% du temps à divers régimes. Il y a un effet de foisonnement : si le vent baisse ici, il augmente ailleurs.

- Bilan 2009
- Bilan 2008
- Bilan 2007

Le constat fait à partir de ces chiffres correspond, par ailleurs aux informations données par la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) dans un dossier présenté à l'Assemblée Nationale le 16 octobre 2008, à l’heure où la CRE se prépare à rendre son avis sur le nouveau projet d’arrêté concernant le prix de rachat de l'électricité produite par les éoliennes.

éoliennes dans le Finistère à Plozévet
Un parc éolien dans le Finistère (29) à Plozévet - Kergabet.

Interconnexion France-Espagne


Dans sa lettre bimensuelle "Décryptages", la CRE (Commission de Régulation de l'Energie) soutient l'interconnexion des réseaux électriques de la France et de l'Espagne dans ces termes :
En outre, l’optimisation de la production, pour satisfaire la demande française et espagnole à moindre coût, pourra s’appuyer sur la complémentarité des parcs de production. L’acheteur français pourra bénéficier des avantages d’une production éolienne en forte croissance en Espagne et caractérisée par de faibles coûts d’exploitation. Lorsque la production éolienne sera supérieure aux besoins espagnols, cette production se substituera alors à celles de centrales françaises dont les coûts d’exploitation sont plus élevés (ex : les centrales thermiques).

Decryptages.pdf

Alors pourquoi ne pas produire plus d'énergie éolienne en France, l'hexagone étant beaucoup mieux placé que l'Espagne pour son gisement éolien ?? Il existe de large étendues sans réel intérêt écologique comme la forêt artificielle des Landes en Aquitaine, qui gagnerait a l'implantation d'éoliennes, plutôt que continuer son mitage par des champs de maïs très nocifs pour la nappes phréatique et l'environnement...


Eco-bilan : Des chiffre favorables à l'éolien. L'écobilan étudie le cycle de vie complet d'un produit, en intégrant à sa période de fonctionnement, l'extraction des matières premières destinées à sa fabrication, sa destruction ou son recyclage. L'unité de référence de l'écobilan est la quantité de gaz carbonique émise.

Bilan écologique des différents type de centrales électriques (en grammes de CO2 par KWh produit) :

Charbon : 200 à 280
Gaz : 100 à 130
Fioul : 160 à 200
Nucléaire : 2 et entre 31 grammes et 100 g si on intègre l'extraction du minerai.
Eolien : 2 grammes pour les grandes éoliennes industrielles, et jusqu'à 10 grammes.
Hydraulique : 1


Lire aussi : La tonne de carbone et le mécanisme de Kyoto.

La contribution climat-énergie (CCE) aussi appelée « taxe carbone » est un projet du gouvernement français pour arriver à l'objectif d'une réduction par 3 des émissions de GES de la France à l'horizon 2050 : site.

11 commentaires:

  1. Daumier16/10/08

    On trouve une confirmation de ce que vous dites dans cet article sur les variations de la production électrique liées à celles de la consommation.

    Pour ce qui est du nucléaire et du CO2, cette cette étude vient apporter des éléments d'information essentiels et peu connus.
    Une lecture bien utile par les temps qui courent.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme23/10/08

    Je viens de vérifier vos chiffres ! Ils sont effectivement justes ! Il y a 4 TWH de thermique à flamme en moins depuis 3 ans alors que M.Butré affirme qu'il a fallu réhabilliter de nouvelles centrale thermiques en même temps que l'éolien s'est développé !! C'est limpide que plus d'éoliennes ne correspond pas à plus de CO2 !!! Il y a une loi contre la propagation de fausses informations ??

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme26/11/08

    A l'occasion de la semaine des énergies renouvelables (17 au 23 novembre 2008), l'Ademe a fait le point sur l'éolien.

    La production éolienne se substitue essentiellement à des productions à partir d’énergies fossiles (centrales gaz et charbon) émettrices de CO2. Les émissions évitées en France par l’éolien ont été estimées par RTE (Chiffres 2007) à 300 gr de CO2 par kW heure.

    Selon ces estimations, les éoliennes ont évité en 2007 le rejet d’1,2 million de tonnes de CO2.

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme13/12/08

    Bonjour,

    A mon avis votre conclusion est peut être exact mais n'est pas démontrative sur la base des valeurs globales de production énergétique.

    Sur cette base on pourrait aussi dire que nous constatons que l'augmentation de puissance de l'énergie hydraulique (entre 2004 et 32007)a fait diminuer la production de l'énergie thermique donc des émissions de CO2 énergétiques !
    Cela devrait être aussi vrai mais non démontrable sur les valeurs globales.

    Le problème est plus complexe et votre conclusion n'est pas démontrée scientifiquement.

    Bon WE

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Effectivement, je ne prétends pas que ces chiffres permettent de démontrer comment s'intègre la production éolienne au réseau, ni en quelle proportion, le parc éolien se substitue aux autres centrales électriques.

    Par contre, il me semble que ces chiffres permettent de dire qu'il y a déformation de la vérité lorsqu'on dit qu'il a fallu réhabiliter des centrales thermiques pour compenser le manque de vent.

    Ainsi, les données fournies par la CRE en décembre 2008 à l'occasion de sa consultation pour le renouvellement de l'arrêté fixant le prix d'achat de l'électricité produite par les parcs éoliens, font état de 200 à 300 grammes de CO2 économisés par MW.h éolien, avec une substitution répartie au tiers entre le thermique, le nucléaire et la vente à l'exportation.

    RépondreSupprimer
  6. Pouvez vous expliquer pour quelles raisons
    edf remet en service + DE 5 GW de centale fioul
    et autres systèmes en 2009/2010 ? Oh c'est bizarre c'est exactement la même puissance que la puissance éolienne que l'on a prévu d'installer .
    Je vous joins le lien, c'est le PPI, il est publique.....Vos commentaires sont partiaux
    et lamentables .
    André

    http://www.industrie.gouv.fr/energie/electric/pdf/ppi2006.pdf

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme28/2/09

    Très bien expliqué.

    La grosse erreur est de dire, il faut du thermique pour réguler l'éolien. Le thermique est indispensable dans tout réseau électrique L'inertie du nucléaire oblige à utiliser en permanence environ 25% de sources d'énergie à montée rapide qui équilibre la demande jour/ nuit.

    75% de nucléaire
    12% d'hydro
    10% de thermique.

    Les éoliennes sont utilisées pour réduire l'utilisation du thermique. Chaque fois qu'une éolienne démarre on baisse la puissance d'une centrale thermique. Et inversement. On le voit l'éolien se substitue totalement au thermique. La propagande qui consiste a discréditer l'éolien en disant "derrière chaque éolienne il y a une centrale thermique" est de la désinformation pure et simple. On devrait dire les éoliennes permettent d'arreter les centrales thermiques quand il y a du vent.

    L'objectif du Grenelle est de remplacer 100% du thermique et même un peu de nucléaire par le mixte d'énergies vertes.

    RépondreSupprimer
  8. @andre et Joelle

    Le dossier que vous signalé est intéressant en effet ..!

    "Les besoins en investissements thermiques classiques : ..."

    Je lis donc un besoin d'ajouter 0,8 GW thermique fin 2009 et 5,2 GW fin 2015...
    mais il semble que cela soit lié a l'arrêt de nombreuses centrales charbon d'ancienne génération très polluantes.

    On lit aussi dans ce dossier :

    La seconde raison est que, parmi les énergies renouvelables et d’ici 2015, seules certaines
    installations hydrauliques et la production électrique à partir de déchets (en cas de coût nul des déchets) ont un coût de production inférieur à l’éolien (cf. Coûts de référence). Ces deux filières n’ont en revanche pas le même potentiel de développement que l’éolien. La filière éolienne présente de plus des perspectives de baisse des coûts, qui devraient le rendre, en 2015, compétitive par rapport à un
    CCG. Le coût de l’intermittence a été chiffré entre 3 et 4 euros par MWh dans les couts de référence et ne semble pas devoir remettre en cause cette conclusion.

    Le foisonnement éolien réduit l'aléa à quelques centaines de MW en présence de 10 GW éolien.

    Il ressort de plus de l’étude RTE que la production éolienne augmente, en moyenne, lorsque la température diminue. Ceci conduit au fait que le facteur de charge de la production éolienne est en moyenne maximal en décembre – janvier et minimal en août (ce qui peut poser un problème lors des périodes de forte chaleur où les productions nucléaires et hydrauliques peuvent être contraintes). Le facteur de charge suit donc, en moyenne, la saisonnalité de la demande électrique.

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme28/6/09

    Affirmatif. EDF ouvre des centrales au gaz en France ce qui permet de fermer l'équivalent au charbon ou au lignite 3 fois plus polluant. Toutes les vielles installations au charbon d'EDF ou des ex Charbonnages de France devront à terme être fermées.

    RépondreSupprimer
  10. L'éolien se substitue en priorité au thermique, et non le contraire.... Les chiffres des 5 dernières années montrent que plus la part de l'éolien augmente, moins les centrales thermiques sont utilisées.
    Voir les chiffres

    Le Grenelle de l'environnement a prévu un mix vert (hydraulique + éolien + biomasse + solaire) de 25 GW qui doit permettre d'éliminer la totalité du parc thermique d'ajustement.

    RépondreSupprimer
  11. Les estimations de l'ADEME qui regroupe tous les financiers et compères de l'éolien n'ont évidemment rien d'objectif.
    En France le CO2 émis annuellement pour le seul secteur électrique est de 19 Millions de Tonnes, soit 6% de tous les rejets qui s’élèvent à 310 Millions de tonnes,tous secteurs confondus.
    Les coupables à 94% sont le bâtiment, l’agriculture, l’industrie, les transports. C’est là qu’il faut agir et cesser faire croire que le vent va résoudre le réchauffement climatique.
    Voit lettre géopolitique de l'électricité
    http://www.geopolitique-electricite.fr/documents/ene-153.pdf

    Comparez ces 19 MT avec les 350 MT rejetés par l’Allemagne pour la seule production électrique (18 fois plus). Et l’Allemagne avec 26000 éoliennes et le recours à 57% de charbon et lignite est le pays sur lequel on veut rattraper un retard qui n’existe pas.
    Comparez avec les rejets CO2 de la Chine : 9,9 MILLIARDS de Tonnes/an.
    19 MT CO2 en France: et il faudrait inonder le pays d’éoliennes pour cette goutte d’eau dans l’océan des émissions mondiales. Autant cracher par terre en cas d'inondation. Isolons le bâti pour commencer et créons de vrais emplois durables au lieu de jeter par les fenêtres l'argent public bouffé par les sociétés privées de l'éolien.
    Incompétence ? Bêtise ? Intérêts personnels ?
    Bref, on se fout du monde avec les éoliennes qui sont une catastrophe écologique et énergétique.
    La raison et le pognon ne font pas bon ménage !
    la France est avec la Suède qui a 52% d'hydraulique et 48% de nucléaire l'un des pays les plus propre d'Europe et du Monde.
    Pourquoi vouloir rendre vert ce qui l'est déjà !...
    Ah.. Pognon quand tu nous tient !

    RépondreSupprimer