23/03/2008

Baleiniers japonais et écologistes s'affrontent dans l'Antarctique !

Les incidents se sont multiplés dans l'Antarctique au cours du mois de mars 2008 entre la flotille de baleiniers japonais et le navire de l'organisation Sea Shepherd qui une fois de plus était au rendez-vous pour perturber la saison de pêcche. De son coté, L'Esperaneza de Green Peace, qui joue l'apaisement s'est vu refusé l'entrée des ports du Japon. Après la diffusion d'un film montrant une famille de baleines capturée par des pêcheurs japonais, le gouvernement australien est en passe de lancer une procédure judiciaire internationale à l’encontre d’une pratique jugée barbare et non fondée.

Alors que des écologistes lancaient des bombes puantes contre un navire baleinier en chasse dans l'Antarctique, Paul Watson, le capitaine du navire "Steve Irwin" de l'organisation écologiste Sea Shepherd a échappé à la mort grâce à son gilet en Kevlar.



Le Japon maintient que la riposte de ses gardes-côtes vendredi 7 mars 2008 est justifiée mais nie avoir utilisé des armes à feu. Dans la plus parfaite surdité aux appels de la communauté internationale, les japonais continuent de justifier le massacre annuel d'un millier de baleines par l'utilité d'une pseudo pêche scientifique. "Les baleines sont peut-être des animaux mignons, précieux, mais blesser des êtres humains pour protéger des baleines est une chose impardonnable", a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement japonais Nobutaka Machimura sur un ton sarcastique (source AFP).

De son côté, l'organisation écologiste activiste a dénoncé une tentative d'assassinat de Paul Waston : "Aujourd’hui aux alentours de 15.45, heure de l’Australie de l’Est, dans la Zone d’Exclusion Economique Antarctique Australienne, une tentative a été faite de mettre fin à la vie de Paul Watson, capitaine du Steve Irwin de Sea Shepherd. Une seule balle a été tirée par quelqu’un qui devait être un tireur d’élite dans la poitrine de Paul, qui s’est fichée dans sa veste en Kevlar, et a aussi endommagé un badge en métal qu’il portait sous la veste. Heureusement, ceci a empêché que la balle ne pénètre la chair. Le Médecin de bord a été catégorique en disant que sans cette protection, le coup aurait été mortel. Au moment où le coup est parti, le baleinier japonais Nisshin Maru avançait parallèlement au Steve Irwin dans des eaux agitées. Le haut niveau de mouvement indique que le coup a dû être tiré par un expert. Le Steve Irwin continue de suivre le Nisshin Maru vers l’Ouest après qu’il ait altéré sa course vers le Nord. Nous avons reçu confirmation verbale que l’ambassade australienne a été informée par les Japonais qu’un membre d’équipage depuis le Nisshin Maru a tiré des « salves d’avertissement ». En plus de la balle en plomb logée dans la veste en Kevlar du Capitaine, jusqu’à 7 grenades flash ont aussi été lancées par les Gardes Côtes Japonais armés, blessant deux autres personnes du Steve Irwin.

L'organisation Sea Shepherd a indiqué qu'elle utilisait des produits chimiques fabriqué à partir de matières organiques, non toxiques pour perturber les opérations illégales de pêche à la baleine. Le but étant d'imprégner d'une odeur pestilentielle le pont des bateaux et de les rendre glissant, ce qui a pour conséquence d'empêcher le navire de capturer des baleines.

Paul Watson a crée l'organisation Greenpeace puis "Sea Shepherd Conservation Society " en 1974 pour préserver les espèces marines et les derniers sanctuaires marins (Antarctique, Galapagos). Si les méthodes radicales pratiquées par Sea Shepherd sont parfois discutables, il semble que le Japon ait une fois de plus démontré dans cette affaire son absence d'humanité.

Depuis plusieurs années, le Japon est engagé dans un bras-de-fer avec la frange la plus radicale du mouvement écologiste. En 2007, deux graves incidents avaient déjà eu lieu au large de l'Antarctique entre les militants de l'organisation Sea Shepherd Conservation Society et des baleiniers japonais. Depuis l'association Sea Shepherd avait indiqué ne pas avoir l'intention d'éperonner les baleiniers nippons.

Plus d'actualité : http://fr.youtube.com/user/SeaScipio

Le Japon et la norvège sont les deux derniers pays à pêcher les baleines depuis le moratoire de 1986 interdisant la pêche commerciale aux cétacés marins. Faute de débouchés commerciaux pour des viandes chargés de métaux lourds, l'Islande a mis fin à la pêche commerciale, mais continue la pêche "scientifique". Tout comme au Japon, la viande issue de ces programmes « scientifique » est destinée à la consommation.

La CBI (Commission Baleinière Internationale) se réunit tous les ans pour prolonger un moratoire de plus en plus menancé. Les japonais tentent de soudoyer les pays africains pour obtenir la reprise de la pêche commerciale. En Australie, le débat est devenu pationnel depuis les dernières élections qui ont porté les travaillistes au pouvoir, ceux-ci ayant promis pendant la campagne d'envoyer un navire de guerre contrôler les activités des baleiniers japonais...



Greenpeace a filmé les bateaux japonais harponnant des baleines dans le sanctuaire baleinier international qui entoure l’Antarctique. L"association a demandé à IFAW d’examiner ce film car l’association se préoccupe de la cruauté de la méthode de chasse qu’elle observait et de la durée de l’agonie de certaines baleines.




http://www.notre-planete.info/actualites/actu_814_chasse_baleines_japon.php


Japon : Reprise de la campagne de chasse en 2009

Les baleiniers japonais sont repartis en Novembre 2008 pour une nouvelle campagne de pêche dans l’océan Antarctique. Sous couvert de captures à but "scientifique" 935 baleines de Minke et 50 rorquals communs seront tués. L’Australie a lancé un programme de 4 millions de dollars australiens pour prouver qu’il est possible d'étudier les cétacés sans les tuer. Face à l'hypocrisie du Japon, l'Association Sea Shepherd a annoncé qu'elle serait sur place, une fois de plus, pour dénoncer cette chasse qui viole les règles internationales.


6 Février 2009 : Le Steve Irwin aux prises avec plusieurs baleiniers dont le bateau abattoir Nisshin Maru dans le sanctuaire des baleines de l’Océan Antarctique. Plusieurs écologistes ont été blessés par l'utilisation de canons acoustisques et de flash ball par les équipages des baleiniers. Paul Waston a promis de revenir l'année prochaine avec un navire plus rapide.

whale-wars

Seashepherd

7 commentaires:

  1. Qualifier Sea Shepherd d'ONG "ecologiste" alors que ses membres lancent des bouteilles d'acide butyrique dans la mer et laissent des filets en plein Ocean Austral, me parait assez contradictoire.

    En outre, les activites des baleiniers japonais sont tout a fait legales, ce qui n'est pas le cas de celles de Sea Shepherd.

    RépondreSupprimer
  2. Rassurez moi Isanatori , c'est du second degré ce que vous venez d'écrire ..?

    RépondreSupprimer
  3. Non, c'est du premier degre.

    Les campagnes contre la chasse a la baleine de Greenpeace et autres Sea Shepherd, ca n'a rien a voir avec l'ecologie et ca rapporte gros. Ca permet aux gens qui vivent dans des pays developpes de se donner une bonne conscience quand ils font un don a une de ces ONG, tout en continuant de rouler en 4x4 en ville...

    Par contre, les quotas preleves par les baleiniers japonais ne mettent aucunement en danger les populations concernees.

    RépondreSupprimer
  4. Alors on ne vit pas sur la même planète .. Les cétacés marins sont des être sensibles et remarquables qui sont en voie d'extinction. Même s'ils n'étaient pas en voie d'extinction, la façon par laquelle ils sont pêchés qui relève de la plus parfaite sauvagerie mériteraient d'être interdite.

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme30/3/08

    Bravo en tout cas à SEA SHEPEHERD pour leur courage ! je les connaissais pas.

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme9/2/09

    PAUL WATSON est super .

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme2/3/09

    Super !! Sea shepherd vient de recevoir 500.000 euros de la lotterie postale des Pays-Bas et le gouvernement australien les soutiens par rapport à l'agression des baleiners japonais !!

    RépondreSupprimer