13/06/2007

Le recyclage des huiles en biodiesel

La culture des végétaux pour produire des carburants pour l'automobile fait peser une menace sans précédent sur les dernières grandes forêts de la planète (Amérique latine, Indes, Afrique). Des projets démesurés lancés par les industries de l'ère post-pétrole menacent tout autant la bio-diversité que le réchauffement climatique.

Il faut 200 ans pour revenir à un bilan CO2 positif quand une forêt est abattue au profit d’une culture destinée à la production de biocarburant. De plus, les engrais azotés utilisés pour la fertilisation des sols et particulièrement ceux qui contiennent du protoxyde d'azote (N2O) ont un pouvoir réchauffant 296 fois supérieur à celui du CO2.

En Suisse, les verts on demandé un moratoire sur l'importation des bio-carburants.

camapgne contre les agro-carburants

Biocarburants pas si écologiques

Les biocarburants ne sont pas forcément plus respectueux de l'environnement que les carburants fossiles, relevait l'étude de l'Empa, qui portait sur les bilans écologiques de plusieurs essences vertes. La mise en concurrence avec la production alimentaire risque d'entraîner des famines. De plus, le rendement des agrocarburants est très faible (x3) au regard de son impact sur l'environnement. Pour de nombreux observateurs, l'utilisation de produits alimentaires pour faire le plein des véhicules est éthiquement inacceptable...

En Europe, L'association Biofuelwatch a envoyé une pétition au parlement européen intitulée : “OPEN LETTER: WE CALL ON THE EU TO ABANDON TARGETS FOR BIOFUEL USE IN EUROPE” et demande l'abandon de l'objectif de 10 % de carburants d'origine végétale dans les réservoirs d'ici à 2020.

Mais la fronde contre les agro-carburant est mondiale. Ainsi, Fidel Castro, depuis la signature fin mars d'un accord de promotion des biocarburants entre les Etats-Unis et le Brésil, s'élevait contre "l'idée sinistre de convertir les aliments en combustibles", qui pourrait conduire à la "mort prématurée de milliards de personnes.

Au même moment, George Monbiot, journaliste au Guardian, appelait à un moratoire de cinq ans sur le développement des biocarburants possibles repsonsables d'un "désastre écologique et humanitaire" sans précédent.

Références : Article paru dans Le Monde le 15 Avril 2007.


Le bon sens : le recyclage

Alors que la ruée vers l'or vert ne s'embarrasse d'aucune prise en compte de l'impact écologique et sociale de la culture intensive de millions d'hectares de champs de céréales pour en faire des carburants, une petite société suisse, Biocarb, a développé une technique de recyclage des huiles usées qui s'inscrit vraiment dans un projet de développement durable !

Pionier du recyclage énergétique en Europe, Biocarb produit aujourd'hui 600.000 litres de bio-diesel par mois.

Biocard recycle des vieilles huiles alimentaires, des huiles de friture, des huiles moteur. Le bio-diesel est accepté par tous les moteurs diesel sans aucune modification.

Les deux fondateurs de Biocard SA ont présenté leur société sur les ondes de la Radio Suisse Romande, le 16 Octobre 2004. Ecouter l'émission.

Les automobilistes romands peuvent désormais rouler à l'huile de friteuse : Lire l'article sur Biocarb


La societé Aurea est également spécialisée dans le retraitement des huiles usagées noires.


Reyclage et biocarburants de 2eme génération :

Des carburants de synthèse plus écologiques appelés "biocarburants de deuxième génération" devraient rapidement voir le jour. Ils utilisent la transformation ensymatique de la biomasse (plante entière, et déchets verts) pour fabriquer de l'éthanol à partir de la cellulose.


La tragédie des nécro-carburants

A lire sur le site de l'Association Kokopeli : Campagnes d'intoxication !

" Au Salon de l'Agriculture 2007, une partie du hall 2 s'était transformée en salon de l'automobile! Ils étaient tous là, Peugeot, Ford, Renault, etc. Avec des grosses planètes qui pendaient du plafond et des petites fleurs peintes sur les portières des voitures. Emouvant: ils clament haut et fort qu'ils vont sauver la planète avec l'éthanol et les huiles de colza! ... "

La suite : Les necro-carburants.

Les carburants alternatifs

Présentation des différentes solutions pour la production de carburants alternatif au pétrole par l'FIP.

Les verts : manger ou conduire !


Références :

- Lire l'article des Amis de la terre sur l'impact des cultures destinées au biocarburants.


- Campagne contre les mal nommés biocarburants qui n'ont rien de bio.


- Demande d'un moratoire européen contre l'objectif d'intégration de 10% agro-carburants dans les carburants automobiles à l'horizon 2020.

7 commentaires:

  1. Très juste, et ajoutons que pour ce qui concerne l'impact alimentaire aussi il y a risques.

    Voyez sur une page de la mission des Agrobiosciences (sise à Toulouse, France) cette page Maïs : Tortillas contre 4X4

    (...)une illustration des effets parfois pervers de la libéralisation des marchés agricoles. L’exemple vient du Mexique, où le maïs, base de l’alimentation nationale, voit son prix augmenter de... 85%en un an seulement sur le marché mondial en raison des usages énergétiques !(...)
    La nourriture de base !
    :-(

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme18/3/08

    Ils me font tous bien rire avec ce genre de propos. En attendant, quelle est la solution pour pouvoir se deplacer propre a part les bio carburants ?

    C'est bien beau de dire qu'il ne faut pas utiliser la nourriture pour rouler, et c'est vrai ! Des gens meurent de fin, et nous mettons du colza dans nos reservoirs ! Quel paradoxe !

    En attendant, que pouvons nous utiliser d'autre pour ne pas dependre des hydrocarbures ?

    Quelle sont les solutions de remplacement viables ? L'electrique ? Pas assez mature.

    Je propose le char a voile, mais pour faire 800 kms, ca risque d'etre long.

    Alors il faut arreter de crier au scandale pour le plaisir de crier au scandale !

    Que tous ces gens qui hurlent contre l'utilisation des biocarburants nous pondent une solution pour pouvoir se deplacer en respectant la planete, et en evitant d'augmenter la famine dans le monde !

    Là on pourra discuter !

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme23/3/08

    Moi il me font pas rire !!

    Avec les biocarburants, "il n'y aura plus rien à manger sur Terre", avertit le patron de Nestlé Peter Brabeck. Le recours accru aux matières premières alimentaires pour la production de biocarburants met en péril l'approvisionnement alimentaire de la population mondiale.

    "Si l'on veut couvrir 20% du besoin croissant en produits pétroliers avec des biocarburants, comme cela est prévu, il n'y aura plus rien à manger".

    "Accorder d'énormes subventions pour les produire est inacceptable moralement et irresponsable"

    Alors que ce phénomène tire vers le haut les prix du maïs, du soja et du blé, les terres cultivables deviennent rares et l'eau est elle aussi menacée, a déclaré M. Brabeck, estimant que pour produire un litre de bioéthanol il faut 4.000 litres d'eau.

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme18/4/08

    Anonyme du 18/3 tu ne me fais pas rire.

    Paradoxe tu reconnais, mais tant pis allons-y quand meme puisqu'on doit rouler !

    Et bien non ! Si quand je roule je tue, je préfères arrêter de rouler.

    C'est fou hein ? Toi tu veux garder tes habitudes et attendre que les autres trouvent des solutions. Evolues très cher ; minimum d'humanité, de fraternité ; un minimum non, ça te trouerait le ...

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme30/6/08

    En nous obligeant à utiliser des agrocarburants produits pour l'essentiel dans des pays du tiers monde,l'Union Européenne via ces quotas (5,7% et puis 10%) nous rend complices de cette crise alimentaire en marche.

    A lire sur Indymedia:

    Apres les drames des "Sans terre" au Bresil ,prenons la Colombie.
    Des milliers de disparus, d'assassinats;entre 4 et 6 millions de colombiens déplacés et des millions d'hectares de terre expropriée . L'ONIC ,Organisation Nationale Indigène de Colombie recense 84 peuplades indigènes dont 18 courent un risque d'extinction. Des années de fumigations au Roundup ne tuent pas uniquement les plantations de coca mais toute végétation et culture alimentaire ainsi que la faune,les paysans et indigènes.
    L'éradication de la coca,le conflit armé servent de prétexte pour expulser les paysans et indigènes de leurs terres afin d'y implanter la monoculture de soja,palme africaine,maïs transgénique... destinée à produire des agrocarburants.

    Colombie: agrocarburants et déplacement de millions de colombiens

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme16/7/08

    Dans un rapport publié mercredi 16 juillet, l'OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économique ) est très critique sur les biocarburants et favorable à un moratoire. L'OCDE demande une complète refonte des politiques actuelles en la matière, dans un rapport qui critique le coût élevé de ces combustibles d'origine végétale et leur bénéfice environnemental douteux.

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme2/10/11

    bonjour, je suis directeur d'une entreprise marocaine, je dispose d'une equipe de collecte des huiles de fritures, et j'aimerais bien vous contacter pour vous approvisionner de cette matiere sachant que je dispose d'une grande quantité de huile et de pouvoir bien en collecter d'autres quantités chaque mois, je serais heureux de collaborer avec vous et ceci dans le cadre d'un projet ensemble, pour me contactez voici mon numéro Gsm +212661211938 tel +212522976259 email: karimraskaoui@gmail.com

    RépondreSupprimer